L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

«L’arène de la liberté» de Yacine Hebbache

Les géants de la culture algérienne revisités

Après un essai sur Matoub Lounès, un roman et un recueil de poésie, l’écrivain Yacine Hebbache, de Béjaïa, revient cette fois-ci avec un nouvel essai portant pour titre « L’arène de la liberté », paru aux Éditions Tafat.

Il s'agit du fruit d'un long labeur, d'un travail que l'auteur mène depuis plusieurs années associant lectures, recherches et conférences sur les thèmes qui y sont abordés avec le style percutant et la matrise de la langue qui est celle de Hebbache. Cette fois-ci donc, l'écrivain Yacine Hebbache a choisi de se pencher sur quelques-unes des figures emblématiques de la culture algérienne.
«L'Arène de la liberté» est un essai qui aborde le parcours de certains personnages emblématiques de notre patrimoine culturel. Dans son nouveau livre, l'auteur décortique et analyse en profondeur les oeuvres d'art des personnalités culturelles choisies: «Les unes pleines de magnificence et de philosophie, les autres débordantes de subversion et de révolte, mais toutes gardées dans les siècles de l'éternité».
Hommage à nos artistes emblématiques
Cet ouvrage se veut être un livre-flambeau écrit en hommage et en guise de reconnaissance à ces artistes et écrivains éclaireurs qui ont ouvert des nouvelles vues sur notre passé, le présent et notre avenir, esprits lutteurs et devanciers qui nous ont tracé la voie de la liberté, vers la lumière, explique Yacine Hebbache. Ce dernier ajoute que les artistes et les écrivains, vivement conscients de la terrible condition de leurs semblables, loin de toute spéculation intellectuelle, ont tout le temps cherché à dépeindre les affres humaines: depuis toujours, ils ont tenté de briser les carcans de la tyrannie, en embellissant les moyens de luttes en faveur de la liberté, «seule valeur impérissable de l'histoire».
À travers leurs oeuvres, ils ont pu décrire la frayeur, le désarroi, la torpeur, la confusion et l'impuissance de l'homme devant sa finitude, comme ils ont réussi à symboliser le pathétique de la tragédie humaine souvent faite d'actes de guerres, de maladies, de misères, de fléaux et de catastrophes. Mais l'effet a-t-il compensé l'effort?, s'interroge l'auteur des «Ames invaincues».
Il explique que le rêve d'un artiste doit être celui d'un esprit immense et sa mission, en plus de celle qui consiste à produire la beauté et la beauté supérieure, est de faire en sorte que l'art, le sien du moins, ne s'engage pas dans une fausse direction; c'est là l'unique manière pour qu'il ne soit pas stérile ou géniteur de mauvais fruit.
Produire de la beauté
A travers le livre de Yacine Hebbache, le lecteur pourra ainsi faire une plongée intellectuelle dans l'univers artistique du regretté Idir et d'autres chanteurs d'une grande dimension ainsi que dans le monde littéraire de Kateb Yacine et d'autres écrivains algériens dont le talent est indéniable. Il faut rappeler que ce qui a constitué la matière première de ce livre de Yacine Hebbache, ce sont les dizaines d'analyses qu'il a publiées dans différents journaux ainsi que de conférences qu'il a animées dans de nombreuses régions sur les grandes personnalités culturelles algériennes ayant marqué avec des lettres d'or plusieurs générations de fans et de lecteurs. Yacine Hebbache s'en est servi pour aller encore plus loin et plus en profondeur dans l'oeuvre de ces géants.
Et le résultat, le lecteur sera agréablement surpris de le découvrir en lisant passionnément cet ouvrage qui s'ajoute au roman de Yacine Hebbache, intitulé «Les âmes invaincues», l'essai «Matoub Lounès ou le chemin vers le mythe» ainsi qu'à son recueil de poésie portant pour titre: «L'encre sacrée».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré