L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Paul Put se livre à L’Expression

«Voici le secret de la réussite de Belmadi…»

Le sélectionneur de l'Ouganda, futur adversaire des Verts dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2026, se livre à L'Expression. L'ancien coach de l'USM Alger, Paul Put, nous parle des chances de sa sélection de rivaliser dans un groupe «G» où l'Algérie est donnée comme le favori en puissance pour une qualification au Mondial. L'ex-coach du Burkina-Faso nous livre aussi son avis sur plusieurs sujets d'actualité, concernant les Verts et le football africain, à découvrir dans cet entretien.

L'Expression: Tout d'abord coach, pourriez-vous nous dresser un bilan de ces deux matchs joués jusqu'ici à la tête de la sélection de l'Ouganda?
Paul Put: Je dirai qu'on aurait pu prétendre à mieux sans certains aléas du football qui nous ont joué un mauvais tour. Je veux parler du match de la Guinée qu'on ne méritait pas de perdre. On a très bien joué et on était même proche de faire la différence avant cette faute de l'arbitre qui a sifflé un coup franc imaginaire lors du dernier moment du match pour offrir la victoire à cette équipe guinéenne.

Vous avez pourtant la satisfaction d'avoir réussi une victoire face à la Somalie, n'est-ce pas?
Oui, mais franchement, je misais sur 4 ou 6 points sur ces deux premiers matchs joués jusqu'ici. Je regrette vraiment cette défaite contre la Guinée, subie dans des conditions particulières. Après, bien sûr, mes joueurs sont à féliciter pour les efforts fournis, je suis triste pour eux car eu égard à notre performance, on ne méritait pas de perdre face à la Guinée.

Avec 3 points, vous êtes second au classement, derrière l'Algérie, avez-vous des ambitions quant à ces éliminatoires?
Écoutez, on reste réaliste mais j'ai envie de dire que ces éliminatoires risquent d'être longues et disputées. Ce n'est que le début et pour notre part, je dirai que tout se décidera après les matchs du Mozambique et l'Algérie en juin prochain.

D'aucuns estiment que l'Algérie est le favori en puissance de ce groupe G, avez- vous le potentiel de concurrencer cette équipe?
C'est clair que l'Algérie est le seul favori de notre groupe, mais pour notre part, on est résolu à jouer à fond nos chances jusqu'au bout, au moins pour décrocher la seconde place qualificative aux matchs barrages. Dans cette course, on sera sûrement en concurrence avec la Guinée qui est à mon avis le favori derrière l'Algérie.

Ce système de groupes avec 10 matchs à jouer, arrange aussi les outsiders, qu'en pensez-vous?
Ce système des éliminatoires se présente comme un mini-championnat de 10 matchs à jouer, donc il va falloir être très patient et surtout se montrer mentalement très fort. Il va falloir aussi miser sur une défense solide et bien profiter des occasions qu'on peut avoir dans un match. Car, c'est ainsi qu'on pourra espérer engranger beaucoup de points. Pour nous, c'est la seule solution pour tenter de rester dans la course jusqu'à la fin.

Vous n'allez donc pas vous contenter du rôle d'arbitre entre l'Algérie, la Guinée et peut-être bien le Mozambique?
Écoutez, dans le football, vous savez très bien que tout peut arriver. C'est vrai que l'Algérie est nettement au-dessus de par son potentiel et ses joueurs de grande qualité, mais nous avons des objectifs dans ces éliminatoires qu'on veut atteindre.

Ce match face à l'Algérie est loin, mais il se présente comment pour vous?
Ce sera pour nous, l'occasion de mesurer réellement nos chances dans ce groupe. Après, on est conscient qu'on jouera contre une grande équipe. Vous savez, aucune sélection n'aura un moment de répit dans ces éliminatoires, donc il y a des chances à saisir et on tentera de le faire. Tout en restant réalistes, bien entendu.

Vous connaissez très bien l'Algérie, mais vous avez toujours échoué face à cette sélection algérienne. Qu'avez- vous à dire là-dessus?
Je connais très bien l'Algérie, c'est un grand pays de football et je peux vous dire que toute mes confrontations face à cette sélection ont été difficiles et disputées, malgré le fait qu'on a toujours raté nos objectifs face aux Algériens. C'est toujours compliqué pour n'importe quelle équipe africaine d'affronter cette équipe algérienne.

Vous voulez parler sûrement des barrages de 2013 et la CAN 2019?
Voilà, en 2013 avec le Burkina Faso, ce match barrage s'est joué sur un détail, on aurait pu décrocher la qualification au Mondial 2014 au Brésil. On avait gagné 3 à 2 chez nous et on a perdu 1 à 0 à Blida donc, c'était toujours serré. Pareil en 2019 en Égypte, lorsque j'étais entraîneur de la Guinée. J'ai entamé un travail de fond qu'on a pu aboutir avec une belle qualification au second tour de la CAN 2019, mais malheureusement, on est tombé sur l'Algérie qui nous a battus en 1/8e de finale. Après, on peut se consoler et dire qu'on avait perdu contre les meilleurs du continent.

En évoquant la CAN, quels sont vos favoris pour la prochaine coupe d'Afrique?
Franchement, c'est très difficile de donner un seul favori. Le niveau des équipes africaines est en nette progression. Je crois que ça ne devrait pas échapper aux sélections du Top 10 africain. Bien entendu, il ne faut pas sous-estimer la Côte d'Ivoire qui aura l'avantage du terrain et qui recèle un très bon groupe. Il y a aussi le Maroc, le Sénégal, et sûrement l'Algérie.

Vous ne citez pas le Nigeria, est-ce parce que cette équipe a du mal à démarrer ces éliminatoires (CM 2026)?
Non, je crois que cette équipe est en pleine reconstruction. Le Nigeria est aussi un grand club d'Afrique, son mauvais départ dans les éliminatoires (CM2026), peut inciter cette équipe à vouloir se racheter à la CAN, mais je crois qu'il ne faut pas avoir peur pour le Nigeria. Je pense qu'ils vont se ressaisir après leur premier succès dans ces qualifications au Mondial.

L'Algérie est aussi en pleine reconstruction avec un groupe remanié à plus de 75% par rapport à la CAN 2019. Un petit mot par rapport à cela?
Ce n'est pas pareil. Le secret de l'Algérie est dans la stabilité de son staff technique et aussi de son effectif. Belmadi travaille de manière assez confortable par rapport à certaines sélections en Afrique. Je veux dire qu'il a la chance d'avoir la confiance de la Fédération algérienne de football. Vous savez, c'est très important d'avoir carte blanche, lorsque vous êtes appelés à reconstruire une équipe. Belmadi est en position de force par rapport à ses joueurs, parce qu'il a tout le soutien de la FAF. C'est ainsi qu'il a réussi à changer les mentalités, et instaurer une discipline qui lui permet d'avoir les résultats obtenus jusqu'ici.

Et si on parlait un peu de votre ancien club, l'USM Alger qui a remporté les deux premières coupes d'Afrique de son histoire...
Je suis très content pour cette équipe. Après avoir connu des moments difficiles, l'USMA a su retrouver les ressources nécessaires pour aller décrocher une coupe d'Afrique, la première de son histoire. C'est mérité pour ce grand club que j'ai eu l'honneur d'entraîner. L'USMA restera une grande équipe, avec des supporters incroyables, qui sont toujours derrière leur club c'est la force de cette équipe. C'est aussi valable pour les supporters de l'Équipe nationale. Franchement et sans langue de bois, le public algérien est l'un des meilleurs au monde. Ils sont toujours là, surtout dans les moments difficiles et je suis bien placé pour le savoir, car j'ai eu l'occasion de travailler dans ce pays.

On aimerait aussi coach avoir votre avis sur le retour de Youcef Belaïli, qui revient en force pour une place à la CAN...
Belaïli est un joueur spécial. C'est un élément très technique qui peut faire la différence, et il a assez d'expérience et de qualités pour être un élément essentiel dans un groupe. Comme on a pu le voir, il est capable sur une action de changer le cours d'un match. C'est-à-dire, sur une action dans un match difficile, il peut trouver la faille. Sans vouloir m'immiscer dans le choix de Belmadi, je pense qu'il va rendre d'énormes services à l'Algérie.

Un joueur algérien brille lui aussi en Belgique, en l'occurrence Amoura. Avez-vous eu des échos de cet attaquant?
Ah oui bien sûr! Amoura est exceptionnel. C'est un joueur explosif et très technique, ce qu'il fait est déjà impressionnant. Je crois qu'avec ses belles performances, il ne va pas trop tarder à rester en Belgique. Un grand club d'Europe va certainement s'intéresser à lui, s'il arrive à confirmer bien sûr.

Et le jeune Kadri qui évolue à Courtrai, on avance que l'Ajax Amsterdam le surveille?
C'est aussi un joueur de qualité. Après, si un club comme l'Ajax connu pour sa bonne détection de talents le suit, c'est que vraiment, il s'agit d'un joueur de qualité.

Un dernier mot coach pour conclure cet entretien?
Je voudrais saluer tous les Algériens et plus particulièrement les supporters de l'USMA. Je les félicite pour leurs sacres africains et à très bientôt.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours