L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Elections de la FAF

La succession de Zetchi est ouverte

La période de dépôt des candidatures pour la présidence de la Fédération algérienne de football (FAF), est fixée du 6 au 9 avril à minuit, en vue de l'assemblée générale élective (AGE), prévue le jeudi 15 avril.

Les personnalités sportives et en particulier celles du football, membres de l'Assemblée générale de la Fédération algérienne de football (FAF) peuvent désormais présenter leurs candidatures respectives, pour succéder à Kheireddine Zetchi, à la tête de l'instance fédérale algérienne. Le délai de dépôt prendra fin vendredi à minuit pour des élections qui sont prévues, jusqu'à l'heure, jeudi 15 avril en cours. Soit au début du mois de Ramadhan.
Et à propos des candidatures, pour le moment, la commission, présidée par Abdelmadjid Yahi (président de l'US Chaouïa, ndlr), n'a enregistré aucune demande. Et pourtant des noms ont commencé à circuler dès l'adoption des bilans moral et financier du désormais ex-président de la FAF, Zetchi. On a d'abord noté la déclaration de Mohamed El Morro, le président de l'ASM Oran, qui, dans un entretien exclusif au site spécialisé algérien, La Gazette du Fennec a déclaré:
«Je suis le candidat le plus vulnérable.» Ensuite, le directeur sportif de l'USM Alger, l'ex-capitaine des Verts, Anthar Yahia qui aurait déclaré de son côté à nos collègues du quotidien sportif Compétition que «si jamais la responsabilité devait me revenir, je l'assumerai». De plus, et dans une déclaration à la Radio nationale, chaîne 1 l'ancien dirigeant du NA Hussein Dey, Kamel Saoudi, invité à l'AG ordinaire de la FAF, a annoncé: «J'ai décidé de me porter candidat à la présidence de la FAF, après avoir constaté que personne ne voulait se porter candidat...»
À noter que la présence de l'ancien président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, à l'hôtel Sheraton pour assister aux travaux de l'Assemblée ordinaire de l'instance, aurait suscité quelques commentaires dont celui d'une éventuelle candidature pour un retour à la tête de la FAF. Mais, le concerné n'a pipé mot dans ce cas de figure. Les spécialistes et connaisseurs des coulisses, durant la période de l'ouverture des candidatures, savent que certaines personnalités ne se prononcent sur une éventuelle candidature de leur part qu'à la dernière minute. Ce qui veut dire que certains estiment qu'il ne serait pas impossible que Raouraoua se présente pour un retour aux affaires de la FAF.
Encore faut-il noter, également, qu'un bras de fer a déjà opposé l'ex-président de la Faf au président de l'US Chaouïa, Abdelmadjid Yahi, président de la commission de candidatures.
Raouraoua s'est interrogé «comment désigner un corrompu à la tête de la commission?». Le président de l'US Chaouïa, profondément irrité, a réagi immédiatement, en annonçant qu'il compte «ester Raouraoua en justice» pour diffamation.
«J'ai été réhabilité, aussi bien par le Tribunal arbitral du sport algérien que par l'Assemblée de la FAF. Ce qui m'a d'ailleurs permis de rester à la tête de l'US Chaouïa. Donc, les accusations de Raouraoua sont diffamatoires, et il devra en répondre devant la justice», a assuré Yahi. Concernant sa mission à la tête de la commission de candidatures, Yahi s'est dit «parfaitement sûr de pouvoir la mener à bien», car ayant «suffisamment d'expérience» dans ce rôle. En effet, le président de l'USC a rappelé avoir fait partie de nombreuses commissions de candidatures par le passé, notamment celles qui avaient préparé les élections des regrettés Omar Kezzal, Mohamed Diabi, et même celle de Mohamed Raouraoua. Il faudrait donc attendre les candidatures officielles. celles-ci, seront étudiées les 10 et 11 avril, avant de laisser place à la commission de recours, conduite par Nacer Slatni (LFW Tébessa), pour étudier les éventuels recours le 12 avril.
Enfin, il est utile d'indiquer que le prochain président de la FAF,aura beaucoup de travail à faire dont, en priorité, la révision des statuts et règlements de la FAF pour les conformer à ceux de la FIFA qui l'exige. Et il reste à savoir quelle serait également la réaction du ministère de la Jeunesse et des Sports qui tient coûte que coûte à ce que les lois et règlement de l'Etat algérien soient appliqués à la lettre.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours