L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

JSMB 2 - USMAN 1

Boukemacha le sauveur

La JSM Béjaïa, qui se devait de réagir pour effacer la débâcle du derby kabyle d´une part, et mettre fin au cycle stérile des matchs nuls et renouer ainsi avec la victoire, d´autre part, a réussi à dépasser l´obstacle annabi grâce à un autre jeune du coin, Nassim Boukemacha, qui a sauvé son club dans les temps additionnels.
En effet, les Vert et Rouge ont pu vaincre le signe indien qui les a poursuivis depuis la 13e journée du championnat face à l´ASO Chlef pour entrer dans le cycle infernal des rencontres sans succès à domicile, notamment. Pour revenir à la rencontre de l´équipe phare de Yemma Gouraya face à la coriace équipe d´Annaba, la première mi-temps fut d´un niveau tout juste moyen. Deux actions sont à retenir et à inscrire à l´actif des locaux; la première se situe à la 29´ où Belkbir, dans une action et un effort individuels en pleine surface de réparation, a contraint Bouacida à intercepter le cuir de sa main, M.Houasnia n´a pas hésité à désigner le point de penalty, lequel penalty, a été transformé avec brio par Braham Chaouch, à la grande joie de la galerie béjaouie. La JSMB aurait pu aggraver la marque sur la deuxième action à la 41´ si Ghazi avait pu cadrer son coup de tête à la suite du retrait de Boukessassa.
Au retour des vestiaires, les locaux, qui ont voulu continuer sur leur lancée, sont tombés sur une équipe d´Annaba plus que déterminée à revenir au score, ce qui a donné une deuxième mi-temps relativement palpitante. En effet, les jeunots d´Amrani étaient plus volontaires et plus organisés et auraient pu égaliser par l´intermédiaire de Souanga à la 78´ sans la vigilance du keeper béjaoui N´jeukam.
Quelques minutes plus tard, malgré l´infériorité numérique des visiteurs à la suite de l´expulsion de Bouadar pour cumul de cartons à la 83´, L´Hadi Adel nivèle la marque magistralement à la 84´.
Annaba aurait pu réussir le K.O. si Fadiga avait su exploiter le face-à-face avec le keeper béjaoui qui a eu le dernier mot.
Alors que tout le monde s´accordait sur un résultat technique équitable en commençant à quitter les gradins, le jeune Béjaoui Nassim Boukemacha, incorporé à la place de Boukessassa, à la 89´, surgit devant les Bouacida et autres Mezaïr pour mettre le cuir au fond des filets en exploitant victorieusement le centre de Belkhir pour laisser le stade exploser de joie.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours