L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Belmadi refuse d’abdiquer

35 matchs sans défaite! Le record historique de l'Italie (37) à portée de fusil. Et puis, l'Algérie est tombée face à la modeste Guinée équatoriale (0-1), 114e au classement FIFA. Une vraie désillusion pour les cham-pions d'Afrique en titre, qui se retrouvent en plus au bord de l'élimination dans cette CAN-2022. «On est dans le dur, on est dans la difficulté, on a de grosses difficultés», a reconnu Djamel Belmadi.
Face au Nzalang Nacional, les coéquipiers de Mahrez ont manqué de réalisme, accumulant les frappes sans trouver le cadre régulièrement. «Il n'y a pas toujours de réponses rationnelles à tout, notamment dans le foot. On peut dominer outrageusement sans marquer», a plaidé Belmadi. «Nous, nous avons eu de la malchance, de la maladresse aussi. C'est comme ça dans le football. On voulait une victoire à tout prix, on a pris des risques», a résumé le sélectionneur des Verts. Avant d'ajouter: «Je suis largement responsable de cette défaite, soyez tranquilles.» Voilà les Fennecs dos au mur. Contraints d'aller s'imposer jeudi prochain à 17h devant les Eléphants ivoiriens.
Une mission à la portée des Algériens bien sûr, on parle quand même des champions en titre, faut-il le rappeler. Enfin, s'ils montrent un autre visage que celui entrevu depuis leur arrivée au Cameroun. «Tant que je ne suis pas mort, il y a de l'espoir», veut croire Belmadi. «Si en ce moment, il est difficile de croire en nous, moi je crois en mes joueurs. Jusqu'au bout, on n'abandonnera pas.». Le patron des Fennecs va cependant devoir trouver les recettes pour redonner de l'allant à une équipe qui semble manquer de jus. Et touchée moralement: «J'ai vu un groupe de coéquipiers, de compatriotes, de frères qui étaient peinés, frustrés, presque abattus. Je leur ai dit que j'étais encore plus peiné pour eux et pour notre pays.
Premièrement, en raison des efforts qu'ils produisent et qui ne sont pas récompensés. Deuxièmement, du fait qu'ils soient dans le doute en raison des résultats. Et enfin, car une série de 3 ans de travail vient de s'arrêter de manière soudaine. Et ça fait mal.». «Je leur ai rappelé 2018. On était alors 71e au classement FIFA, 14e au classement CAF. Ils étaient tous là.
Et je leur ai dit: ‘'Qu'est-ce qui était plus difficile? Se relever à ce moment-là ou maintenant après 3 ans de travail, 3 ans de résultats, 3 ans marqués par un titre? ‘'.». Début de réponse jeudi.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours