L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ouaguenoun à Tizi Ouzou

Un mois sans eau!

Un forage débordant d’eau, sans électricité pour être mis en marche.

Le siège de la daïra d'Ouaguenoun, située à une trentaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, a été le théâtre d'un grand rassemblement de citoyens, hier, dans la matinée. Les centaines de personnes qui ont tenu un sit-in sur les lieux dès les premières heures de la journée, voulaient alerter les autorités locales sur le problème du manque d'eau, qui dure depuis plus d'un mois. Les villages des deux communes composant la daïra, à savoir Ouaguenoun et Aït Aïssa Mimoun, n'ont, en effet, pas reçu une goutte d'eau depuis quatre semaines.
Aussi, hier, la coordination des comités de villages des deux circonscriptions a tenu à être reçu par le chef de daïra pour lui rappeler les promesses données par les services concernés au niveau de la wilaya. Reçue effectivement par ce dernier, la délégation des représentants des villages a exposé à leur interlocuteur leurs problème. Selon des citoyens présents, le problème serait en voie de règlement et l'eau pourrait couler dans les robinets dans une semaine. Une chose est cependant sûre, du coté des villageois: l'eau doit couler autant qu'elle coule dans les autres daïras. «S'il y a de l'eau une fois par semaine dans les autres daïras, nous ne demandons pas plus, mais pas moins aussi», affirme un citoyen de la commune d'Aït Aïssa Mimoun questionné sur la situation. En fait, sur les lieux, on nous a expliqué l'origine du problème qui fait que ces villages sont complètement déconnectés de la situation générale prévalant dans la wilaya. La grande majorité des villages des communes d'Ouaguenoun et d'Aït Aïssa Mimoun n'est pas alimentée à partir du barrage de Taksebt, mais plutôt de deux forages se trouvant au niveau de l'oued Sébaou. Dans l'incapacité de couvrir la demande croissante, les services concernés ont promis de creuser un autre forage. Chose qui a été faite. Mais, voilà, au grand étonnement des populations, l'eau ne coule pas, car le forage attend encore d'être mis en service.
Questionnés, les représentants des villages, qui ont fait une réunion avec les responsables locaux, il y a un mois de cela, expliquent que leurs interlocuteurs ont justifié ce retard par l'absence d'électricité nécessaire pour la mise en marche du matériel de pompage. Depuis le 1er août, le raccordement à l'électricité n'a pas été effectué par les services concernés, alors que les villages guettaient la moindre goutte d'eau par ces temps de canicule et de sécheresse. Ainsi, devant cette situation, la colère est montée d'un cran et il aura fallu que les sages des villages viennent calmer les esprits tout en orientant les actions afin d'éviter les fermetures des sièges et des routes. Enfin, il convient de rappeler que les villageois, qui sont restés un mois sans eau, gardent toujours espoir de voir tenue la promesse de faire couler de l'eau dans les robinets dans une semaine. Au-delà, il deviendra plus difficile de les convaincre ou de les calmer avec des promesses.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours