L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Moulins de Sidi R’Ghiss (Oum El Bouaghi)

Prison ferme pour 50 accusés de détournement

Cinquante personnes ont été poursuivies dans cette affaire qui a défrayé la chronique locale.

Parmi les accusés, des cadres des moulins de Sidi R’Ghriss et des commerçants de gros. Il s’agit, selon les précisions fournies par une source juridique, de l’ancien directeur des moulins de Sidi R’Ghiss (H.A.J.), ainsi que de l’ancien chef du service commercial (B.Y.), l’ex-directeur commercial et l’actuel directeur général des moulins des Zibans de Biskra (K.S.), ainsi que le directeur de l’unité de production (A.B.), qui ont été condamnés à trois ans de prison ferme, pour négligence ayant entraîné une perte de fonds publics, de documents, dont des factures et des bons de commande entre autres. Ils ont été également condamnés pour escroquerie, détournement de deniers publics, mauvais usage de la fonction et octroi de privilèges non justifiés.
Néanmoins, le même tribunal a acquitté les cadres des moulins de Sidi R’Ghiss d’Oum El Bouaghi du délit de constitution d’une association de malfaiteurs en vue de commettre des infractions. Par ailleurs, la même instance de justice a condamné le caissier de l’agence Badr (H.S.) à deux ans de prison ferme, alors que 45 commerçants de gros ont été condamnés à 18 mois de prison ferme assortie, pour certains d’entre eux, d’une amende de 100000 DA. Ceux-là même qui ont été condamnés pour diverses accusations, notamment octroi de privilèges injustifiés pour autrui, fraude fiscale, manœuvres frauduleuses, constitution d’une association de malfaiteurs en vue de commettre des délits de faux et d’usage de faux sur des documents administratifs, commerciaux et bancaires. Rappelons que le représentant du ministère public a requis des peines de sept et de cinq ans de prison ferme à l’encontre de nombreux prévenus, dont l’ancien directeur et des cadres des moulins de Sidi R’Ghiss et un groupe de commerçants.
L’affaire, rappelons-le, remonte à il y a cinq ans, lorsqu’une importante quantité de semoule avait été détournée vers une destination inconnue.
La mise à nu de ces agissements fait suite à une action intentée en justice par certains commerçants de gros. Ces derniers avaient affirmé qu’ils avaient été gravement lésés par cette action, les plaignants ont mis en avant des soupçons de contractions de transactions suspectes dépassant les milliards, selon les explications apportées par nos sources. Dès lors, l’affaire a fait l’objet d’enquêtes diligentées par la Gendarmerie nationale, sur instruction du procureur de la République près le tribunal d’Oum El Bouaghi.
Les investigations se sont soldées par la découverte de l’implication de certains responsables desdits moulins dans cette affaire, qui avaient extrait les quantités de semoule en utilisant des noms de personnes décédées et des noms de prisonniers. Déférés par-devant le juge d’instruction près la même instance de justice, plusieurs prévenus ont été placés en détention et d’autres sous contrôle judiciaire, pendant que des mandats d’arrêts ont été émis à l’encontre de 20 autres accusés, rappelle-t-on encore. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours