L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bouira

on prépare l’après-covid-19

Toute personne passant à côté d’une structure de la santé remarquera clairement un mouvement inhabituel.

Des blouses blanches et autres personnels tous grades confondus, de ces dispensaires et polycliniques avec des pinceaux, pioches ou pelles à la main. Ils sont en train de nettoyer et rendre plus belles leurs structures. Un tel mouvement dans plusieurs structures et en même temps ne peut être le fruit du hasard, on s'est posé la question: «Est-ce un bénévolat spontané ou sont-ce des instructions de la tutelle? On s'est rapproché de quelques bénévoles qui nous expliquent qu'il s'agit d'un concours initié par la direction de la santé intitulé: «La plus belle structure et le meilleur service». Les travaux se font de jour comme de nuit; d'ailleurs, c'est durant la nuit d'avant-hier qu'on s'est rendu à la polyclinique de Takerboust, là c'est la même ambiance. Ce soir, c'est la préparation des carrés dédiés aux espaces verts, d'ailleurs deux camions transportant de la terre fertile venaient juste de vider leurs remorques à l'intérieur de cet organe. Ce ne sont que des jeunes, bénévoles du village, nous fait remarquer l'un des infirmiers et de poursuivre: «Depuis qu'on a commencé les travaux, les villageois ne cessent de nous proposer leur soutien.»
Un moment plus tard, il était environ 22h 30, un véhicule arrive, avec à son bord, un monsieur qui avait tout l'air intéressé par ce mouvement, il saluait les volontaires et regardait au même instant, avec beaucoup d'attention, les belles oeuvres exposées. Là, un médecin qui s'occupait de la taille d'un arbuste, me dit: « Si vous voulez plus de détails sur ce mouvement, demandez-le à ce monsieur qui arrive, c'est un cadre à la DSP» Bien entendu, sans trop attendre, notre question à l'adresse de ce cadre de la santé, était de nous mettre au diapason de cette soudaine dynamique dans les services de la santé. À lui d'avouer, sans réfléchir, que la pandémie de Covid-19 n'a pas laissé des séquelles seulement chez ceux qui ont attrapé le virus. «Toute la société était bouleversée et même le comportement des citoyens a été sérieusement impacté» fait-t-il savoir. Et de prolonger, qu'il a été remarqué que les citoyens rentrent dans les structures de la santé «la peur au ventre», affirme-t-il. Les gens ont peur de toucher à tout. «Le fantôme de la Covid-19 est toujours là» fait remarquer le même cadre de la santé. Alors, il est primordial, pour les services de la santé, d'agir en vue d'enterrer cette période douloureuse et tous les cruels souvenirs qu'elle a engendrés. Quant à l'idée, le même responsable avoue être inspiré par une dynamique similaire du concours du plus beau village, très répandue, notamment en Kabylie. En effet, ces concours organisés un peu partout dans cette région, ont transformé l'ensemble des villages de ces montagnes en des sites féeriques et ont créé une dynamique de solidarité et d'entraide entre les villageois, qui a rendu la vie au village, participative et des plus conviviales. À cet effet, une note d'information a été envoyée l'ensemble des Epsp et des EPH de la wilaya, en date du 10 mars 2022, les informant de l'entame de cette dynamique participative entre tous corps de santé confondus. L'on peut résumer cette note, dont l'objet était: «Election de la meilleure structure de la santé », dans le cadre de l'amélioration de l'état des structures de la santé, que ce soit sur le plan structurel, organisationnel et l'hygiène, la direction de la santé, sous le slogan «Structures propres qui offrent des soins de qualité dans un environnement sain», lance le concours de la meilleure salle de soins et de la meilleure polyclinique dans chaque Epsp et du meilleur service dans chaque EPH.Par ailleurs, notre interlocuteur nous a fait part de cette qualité professionnelle extraordinaire chez nombre de personnels de la santé. «Parmi nos personnels, il y a des jeunes, depuis toujours entièrement engagés au service des structures de la santé et cela en sus de leurs tâches respectives et même en dehors des heures de travail», affirme-t-il avec joie. Ce sont justement ces même gens appelés «les braves jeunes» qui sont sollicités en premier lieu et à eux de faire mûrir l'idée parmi leurs collègues, leur tâche ne sera pas difficile car ils sont connus pour leur noble engagement dans le bien de leurs structures, affirme le même responsable.
Du coté de l'EPH de M'Chédallah, l'ambiance est la même et la détermination à faire de cet hôpital le meilleur, se fait remarquer. Dans la soirée d'hier, une infirmière, un sécateur à la main, en train de tailler des fleurs plantées dans des pots, tout au long de l'entrée de l'hôpital, nous dit: Enfin, le concours est lancé aux quatre coins de la wilaya; toutefois, l'engagement n'est pas le même pour ce premier mois, ailleurs que la circonscription sanitaire de M'Chédallah l'activité est plutôt timide. De là à ce que le concours soit clôturé et que le jury aura sélectionné le meilleur, la société civile, les collectivités locales et autres, tout le monde est appelé à collaborer étroitement à cet élan de solidarité, bénéfique et réconfortant à plus d'un titre. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours