L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pièces détachées automobiles

Les bonnes annonces de Aoun

La relance du secteur profitera à l’émergence d’une armada de sous-traitants très diversifiée.

La dynamique qui couve dans le secteur de l'automobile, ces derniers mois, est annonciatrice d'une transformation radicale dans la chaîne de valeur automobile en Algérie. L'usine de Fiat inaugurée, il y a quelques mois à Oran, n'en est que le prélude. En effet, faisant suite aux «bonnes nouvelles» des marques de voitures asiatiques qui ont agréé les Algériens, en quête de voitures neuves à prix accessibles, le ministre de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, vient d'annoncer, jeudi au Sénat, que 16 licences ont été attribuées à des opérateurs dans le domaine de la fabrication de pièces détachées automobiles. Les licences en question, devront permettre à ces opérateurs de procéder à la mise en place de leurs usines respectives, dans des délais impartis. Liant la relance de ce secteur à la mise en place d'un tissu industriel automobile, le ministre fera part du démarrage, en décembre prochain, d'une usine de construction automobile d'une marque déjà présente en Algérie. Il s'agit, fort probablement, du groupe Stellantis qui entamera la fabrication de la marque italienne Fiat dans l'usine d'Oran, conformément aux engagements pris honorant le cahier des charges. Aoun a, par ailleurs, annoncé que des usines de fabrication automobile, devront entrer en production l'année 2024, devait-il déclarer, en réponse à une question d'un sénateur, au sujet de l'intégration des entreprises de production de pièces détachées dans la chaîne de production automobile. Dans ce cadre, selon des chiffres du ministère de l'Industrie communiqués par Mohamed Djebili, le marché de la sous-traitance de la pièce automobile compte un nombre de 300 à 350 opérateurs activant dans ce secteur, qui sont à même d'approvisionner les constructeurs automobiles, susceptibles de s'installer en Algérie. Il est important de souligner que le ministère de l'industrie dispose d'une base de données relative à des opérateurs dans la sous-traitance, qui sont d'ores et déjà homologués, activant dans la câblerie, la pneumatique, composants plastiques et sièges automobiles notamment. Selon des spécialistes de la pièce détachée et de l'équipement automobile, la relance du secteur profitera à l'émergence d'une armada de sous-traitants très diversifiée à l'horizon 2025, devant permettre l'économie des devises, pour ce qui est de l'importation de pièces de rechange. Il est également important de souligner ces recommandations du ministre de l'Industrie, Ali Aoun qui a insisté sur «la nécessité de s'appuyer sur le réseau de sous-traitance et de fournir tous les intrants et les composants, en mettant l'accent sur les pièces en plastique à base de polypropylène». Dans ce cadre, le ministre a clairement rappelé le projet de l'usine de production du polypropylène, lancée à Arzew par le secteur de l'énergie, avec des délais de réalisation de 42 mois. Les récentes mesures prises par lÉtat, dans le sens d'une revitalisation du secteur de l'automobile, après une hibernation qui aura duré cinq entières années, aura induit une série d'effets positifs. Il s'agit des autorisation d'importation des véhicules de moins de trois années, du lancement des importations de voitures neuves par les concessionnaires, mais aussi la perspective d'implantation des usines de construction automobile. L'autre mesure qui a permis de lever la tension sur la pièce détachée, c'est la levée des restrictions à l'importation de ces fournitures indispensables. Il faut dire qu'au cours des dernières années, les prix des pièces de rechange automobile ont connu une hausse sans précédent, sanctionnant les usagers et les automobilistes. Cela, sans compter l'indisponibilité et la situation de pénurie de certaines marques sur le marché, des années durant, hypothéquant la sécurité automobile de plus de sept millions de véhicules en Algérie. Aussi, avec un parc automobile dépassant, en grande majorité, les vingt à trente années, la mesure de levée des restrictions à l'import a été accueillie avec une grande satisfaction.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré