L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Abdelhafid Henni à Aïn Temouchent

La sécurité alimentaire prime

«Cette commission a pour charge principale l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre dudit plan», a affirmé le ministre.

La faune est d'autant plus importante qu'elle fait l'objet d'une politique adoptée par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural; celui-ci a mis en place une stratégie adaptée, prenant en compte l'ensemble des facteurs imposés par la conjoncture et les transmutations mondiales, géopolitiques et géostratégiques.
Dans une intervention lue en son nom par le directeur général de la production agricole au ministère, Messaoud Bendridi, lors de la célébration du 49e anniversaire de la création de l'Union nationale des paysans algériens, tenue à Ain Temouchent le ministre, Mohamed Abdelhafid Henni a affirmé que «le ministère de l'Agriculture son département, s'attelle actuellement au lancement du Plan national spécial de protection et de développement du patrimoine animalier». Cette politique, a ajouté l'intervenant, est ponctuée par la mise en place des mesures d'accompagnement, à savoir l'installation d'une Commission nationale».
«Cette commission est composée de tous les acteurs concernés par l'opération»,
a ajouté le même responsable. Quelle sera donc la mission principale de ce comité et quel est le rôle qu'elle devra jouer dans le cadre de cette nouvelle politique mise en adéquation en fonction des changements actuels? Le ministre a expliqué que «cette commission a pour charge principale l'élaboration et le suivi de la mise en oeuvre de ce plan comprenant plusieurs espèces et races, ovine, bovine, caprine, équine et cameline, et ce après le recensement du patrimoine animalier, qui a révélé des différences significatives en termes de chiffres par rapport à ce qui avait été déclaré précédemment». Il a ajouté que «ce plan est d'une extrême importance», soulignant qu'«il constitue un moyen idéal pour déterminer les mesures à prendre a fin de protéger le cheptel et le développer de manière durable et scientifique; parmi les opérations qui s'inscrivent dans ce contexte, figurent le maintien du quota d'orge subventionné et la fourniture d'autres fourrages à des prix raisonnables».
Les grandes mutations opérées ces dernières années ont d'autant plus été agissantes qu'elles sont motivantes, à telle enseigne que de nombreuses autres opérations sont lancées. C'est ce qu'a affirmé Henni, en annonçant «le prochain lancement d'une opération importante et stratégique pour l'économie nationale». «Cette opération est liée au recensement général de l'agriculture, qui permettra d'actualiser les données et les informations liées au secteur dans ses différents domaines et d'avoir une vision globale et actualisée des capacités et des moyens du secteur, ainsi que des acteurs qui le composent, dans le but de définir et de contrôler les politiques publiques aux niveaux local et national et d'améliorer la prise de décisions», a affirmé Abdelhafid Henni, rappelant que «le secteur agricole a obtenu des résultats positifs au cours des trois dernières années, restant ferme face aux crises dont le monde a été témoin, ces derniers temps, grâce aux efforts des agriculteurs et des éleveurs, à travers l'accompagnement permanent du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a accordé à cette branche la plus haute importance, grâce aux mesures audacieuses et historiques qu'il a prises». L'apport économique du secteur agricole n'est pas des moindres.
Le ministre a, dans ce sens, affirmé que «ces mesures ont permis à l'agriculture d'atteindre un taux de 7% du produit intérieur brut (PIB) de l'année 2022, alors que la valeur de la production agricole a atteint
4 550 milliards DA et le taux de couverture de la production nationale en besoins alimentaires s'élève à 75%».
Et d'ajouter: «Le défi des autorités suprêmes du pays pour développer le secteur est inspiré de leur profonde conscience des capacités naturelles et humaines dont il dispose, qui nous permettent de produire nos besoins alimentaires et de contribuer à la diversification des revenus du pays, conformément aux 54 engagements du président de la République, qui a insisté sur la nécessité d'élaborer un plan urgent de modernisation de l'agriculture dans le but d'assurer la sécurité alimentaire et de répondre aux besoins nationaux».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré