L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ça bosse dur, du côté de «Brossette»!

Malgré un étranglement compris de tous, les magistrats, greffiers, effectif du service d'ordre et employés du tribunal d'Hussein Dey, (cour d'Alger) ont du mal à terminer d'harassantes journées ramadhanesques.
Servant une des tentaculaires juridictions du pays, car il faut vite préciser que la daïra d'Hussein Dey compte à ce jour plus de 600 000 âmes! Il faut préciser que depuis fort longtemps, le tribunal bosse avec le même effectif. Les retraités n'ont pas été remplacés! Oh, oui, il arrive que de temps à autre, quand le syndicat des greffiers s'énerve, que les travailleurs marquent leur révolte par des arrêts de travail intempestifs, pacifiques mais tout de même stériles!
«Nous vivons de fausses promesses car, nous dit-on, la situation qui prévaut actuellement dans le pays et dans le monde, empêche toute avancée dans notre domaine! La crise sanitaire? Ce n'est pas l'objet qui nous barre la route. Cette grave et triste situation ne dure pas depuis l'avènement du «Covid- 19», mais bien avant! Que veut le pouvoir? Que cherche-t-il?», se lamente un ancien-vieux-malmené greffier qui attend avec «plaisir» la retraite!
Côté présidence et parquet, ce n'est pas l'angoisse, mais, on fait avec, en attendant la prochaine sortie de la cuvée des jeunes magistrats qui viendront soulager un tant soit peu l'effectif actuel du tribunal d'Hussein Dey! Une sage décision d'Oussama Bensaàd, le jeune et compétent procureur de la République et de ses adjoints a fait la joie des justiciables: la réception du public, est devenue, depuis plus d'une semaine, quotidienne! Bonne chance les gars et bon jeûne 1442!

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours