L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bientôt, la fiesta des «robes noires»!

«Les joutes seront âpres, dures, mais fair-play! Encore une fois, las avocats auront l'occasion d'être dignes de la légendaire réputation, du bâtonnat de la capitale, qui entend rester, la vraie locomotive du bâtonnat national! »affirme Me Sofiane Djediat, qui s'est bien préparé à la dure, mais saine lutte, pour s'emparer, avec ses jeunes confrères, du plus grand nombre de voix! Les listes en lice sont nombreuses et diversifiées, sauf que cette fois-ci, il y a un bon «paquet» de jeunes loups aux dents longues qui veulent un profond changement de têtes au Conseil de l'ordre d'Alger! Me Med Hassan Baghdadi, Me Djamil Chelghem, Me Saddek Chaib,Me Rida Lakhal, Me Fayçal Benabdelmalek, Me Sassi, Me Abdelaziz Hamdani, Me Hakim Me Med Zerrouki et Me Amine Boulanouar, venus en curieux, de Tipaza et Oran, Me Med Chérif Bouzakaria, Me Amine Benkraouda, Me El Khemissi Zéraïa, Me Chérif Lakhlef, Me Ouahiba Dahidah, Me Nora Ould El Hocine, Me M'Hamed Yahia-Messaoud, Me Mounira Djerboua, sont intéressés au plus haut point par les prochaines élections, chacun, pour des raisons qui lui sont propres! Prenons le cas des avocats qui ont tenté par le passé, de prendre d'assaut la citadelle « Bâtonnat», en l'absence d'une stratégie à même, de désarçonner les sortants: ce fut une vaine entreprise, tant la solidité et la fermeté du conseil de l'ordre en place, décourageait les plus chauds partisans du changement souhaité! «Nous sommes en 2022, et nos devons nous comporter selon le moment durant lequel nous entreprenons des réformes capitales pour l'indépendance de la justice. Ali Benflis, alors ministre de la Justice, garde des Sceaux, tenta bien des «coups» en direction de cette fameuse «indépendance de la justice», mais la résistance des «anti-justice», fut plus forte, et les coups de Benflis, qui étaient destinés aux «reins» des ennemis des libertés, de toutes les libertés, furent finalement, des coups dans l'eau! », confiait plus tard Me M'Hamed Yahia Messaoud! Plus personne ne pensa plus alors, à libérer la justice, puisque le pays, en entier reposait sur une injustice: l'illégitime des régimes successifs, en place, ou à venir! Le tunnel a été long à traverser, mais le peuple a vu un peu de lumière, un certain 22février 2019 et ...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours