L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pour pallier la pénurie d’eau durant l’été à Tizi Ouzou

400 fontaines seront restaurées

c’est plus le train de vie moderne qui est en cause que la rareté de l’eau.

Pour faire face à l'éventuel manque d'eau dans les robinets, la direction des ressources en eau de la wilaya de Tizi Ouzou a annoncé un projet de restauration des fontaines traditionnelles. Selon le responsable du secteur, ce sont quelque 400 fontaines qui sont concernées par les travaux dont l'enveloppe financière nécessaire est estimée à 80 milliards de centimes. Selon toute vraisemblance, les chantiers devraient prendre fin dans un délai n'excédant pas l'été.
En fait, ce projet qui vient d'être proposé par la direction des ressources en eau, a été au menu depuis plusieurs années. Les prévisions annonçant des pénuries en eau potable ont toujours été derrière le déterrement de cette idée, mais qui n'a en fait, jamais été réalisée. Du côté des populations, cela n'a jamais constitué une chose nouvelle ou extraordinaire. La restauration des fontaines a toujours été effectuée dans les villages grâce aux travaux de volontariat qui s'organisent chaque automne. Les anciens, contrairement aux services étatiques, ont toujours choisi d'effectuer ces travaux durant l'automne parce que durant le mois d'octobre, les eaux souterraines se raréfient et descendent plus bas. Ce qui facilite le travail, contrairement aux autres saisons où l'eau est abondante rendant compliquée la tâche des villageois.
Toutefois, les villageois accueillent à chaque fois avec joie cette nouvelle, mais ne se font pas beaucoup d'illusions. La gestion de la distribution de l'eau via les réseaux AEP est, pour ces dernières, un indicateur suffisant pour ne pas compter que sur ses propres moyens pour étancher sa soif. Un autre adage semble être toujours d'actualité pour les citoyens, contrairement aux services concernés qui ne s'appuient jamais sur l'expérience populaire acquise durant des siècles. «Il ne faut jamais dire: ‘'Fontaine, je ne boirai pas de ton eau!''» Dans la tradition locale, la fontaine tient une place très importante dans le corps social au point que les populations lui attribuent une âme. Aussi, durant l'été, beaucoup de villages ne ressentent pas le stress hydrique. Ceux qui entretiennent leurs fontaines s'en servent durant la saison estivale. Dans certains villages, les citoyens ont carrément réalisé des réseaux et des conduites pour ramener l'eau jusque dans leurs maisons. Grâce à la mobilisation des villageois qui financent eux-mêmes les coûts de la tuyauterie et les travaux, ils organisent également des volontariats pour réaliser les chantiers. Une fois les travaux terminés, ces villages n'ont plu besoin du réseau AEP.
Enfin, notons que le projet de restauration des fontaines de la willaya a été annoncé alors que le taux de remplissage du barrage de Taksebt ne dépasse pas encore les 30%. Les prévisions seront marquées donc par une pénurie d'eau si la pluviométrie ne s'améliore pas au mois de mars. L'été prochain s'annonce donc difficile, mais les anciens, par expérience, ne s'en inquiétaient pas outre mesure dans ce genre de situations. Jadis, les besoins en eau n'étaient pas aussi grands. C'est plus le train de vie moderne qui est en cause et non la rareté de l'eau.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours