L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les mises en garde de l'armée n'étaient pas le fruit de l'imagination

Vérités sur un complot

On n'a pas besoin de satellites ou de décryptages d'experts pour comprendre les visées d'une diplomatie marocaine belliqueuse poussant à la sédition en Algérie.

Qui n'a pas tiqué face aux mises en garde répétées par l'armée, parfois jusqu'à l'agacement, annonçant l'existence d'un complot contre l'Algérie. L'une des dernières salves en date, remonte à février dernier quand le chef d'état-major de l'ANP, Saïd Chanegriha avertissait lors d'un Séminaire national, à Alger, que «depuis plus d'un an, les ennemis de notre pays ont mis en application un plan connu par les experts sous le nom de «Guerre de quatrième génération». L'évolution de la situation à nos frontières d'Est en Ouest et au Sud confirme et de manière tangible cette réalité. Il y a à peine quelques semaines, près de 50 personnes ont été tuées lors d'une attaque terroriste au Niger. Au Mali, il règne une instabilité chronique marquée par une succession de coups d'Etat plaçant le pays en situation de grave instabilité sécuritaire et politique et la Libye est toujours convalescente après 7 ans d'une effroyable guerre civile. Fragilisée par une double crise politique et sanitaire, la Tunisie n'affiche pas une situation à même de rassurer le flanc Est de l'Algérie. Quant au voisin marocain, il a redoublé d'agressivité jusqu'à franchir le Rubicon, notamment quand il s'est attaqué à la souveraineté territoriale de l'Algérie. Y a-t-il encore une place au doute pour soutenir que les complots et les manoeuvres qui se trament contre l'Algérie ne sont pas le fruit de l'imagination? «Les complots et les manoeuvres qui se trament contre l'Algérie, et les conspirations échafaudées contre son peuple, desquels nous n'avons cessé de mettre en garde à maintes occasions, ne sont pas le fruit de l'imagination comme le prétendent certains sceptiques, mais sont une réalité désormais évidente et manifeste », a déclaré, hier, à Alger, le général de corps d'armée, Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), lors de la cérémonie d'installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale. Il y a une haine recuite et des relents de vengeance dans cette guerre perfide menée contre l'armée algérienne « pour ses prises de position immuables envers les causes justes, son engagement à préserver sa souveraineté nationale, et ses décisions libres et affranchies de toute forme de soumission ou sujétion», a relevé Saïd Chanegriha soulignant que « l'ANP saura faire face à tous ceux qui guettent notre pays pour exécuter leurs plans malveillants». Les masques sont tombés, le complot est révélé et l'ennemi est désormais identifié. On n'a pas besoin de satellites ou de décryptages d'experts pour comprendre les visées de la diplomatie marocaine belliqueuse poussant à la sédition en Algérie. Que dire alors de l'étendue des actes d'espionnage révélés par le scandale Pegasus, sans compter le dispositif militaire appuyé par Israël massé à nos frontières. Au moment où l'Algérie attendait des explications sur la dérive de l'ambassadeur du Maroc à l'ONU soutenant une prétendue indépendance de la Kabylie, le royaume s'enfonce dans une autre grave dérive en recourant à une vile pratique d'espionnage contre de hauts responsables algériens. Face à cette agression irréfléchie, l'Algérie se réserve le droit de recourir aux instances internationales pour établir les faits et les démarches sont toujours en cours. Magnanimes ou naïfs étaient ceux qui espéraient un rattrapage du roi à l'oral. Dans son discours prononcé à l'occasion de la fête du Trône, il n'a pas osé la moindre excuse envers l'Algérie après les deux dérives commises par son pays. Ultime insulte, il invoque l'établissement de relations fondées sur la «confiance, le dialogue et le bon voisinage», et il déplore les «tensions médiatiques et diplomatiques qui agitent ces relations». Ostentatoire, il ignore ainsi, royalement
43 millions d'Algériens vexés dans leur amour-propre surtout qu'il s'agit de la sacro-sainte question d'unité territoriale. Quelle crédibilité accorder à un pareil voisin grisé par le bénéfice d'un soutien sioniste? Faut-il encore un schéma pour esquisser la nature du complot qui se trame contre le pays?

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours