L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

GHOUL DÉVOILE LES GRANDES LIGNES DU TAJ

«Un parti où il n'y a pas de place pour les idéologies»

L'ex-ministre des Travaux publics assigne à son programme huit grandes lignes et cinq objectifs.

La conférence nationale du nouveau parti Tadjamou Amel El Djazaïr (TAJ), de l'ex-ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, s'est tenue hier à l'hôtel Sheraton d'Alger. Plus de mille délégués représentant 48 wilayas prennent part à cette conférence dont les travaux se poursuivent en séance à huis clos. Selon son porte-parole, Abdelkader Djemaâ, le TAJ compte d'anciens militants du parti du Front de libération nationale (FLN), du MSP, du mouvement El Islah, du mouvement En Nahda, du Front du changement (FC) et du Front national algérien (FNA), ainsi que des élus locaux, des députés indépendants et de simples citoyens.
C'est dans des conditions marquées par une mauvaise organisation que M.Ghoul a entamé son discours empreint de poésie, entrecoupé par les ovations de l'assistance. M. Ghoul a fait d'abord un exposé de la philosophie générale de sa formation, basée sur le travail et l'espoir avant d'aborder les grandes lignes de son programme ainsi que ses objectifs.
«Au TAJ, on porte l'étendard de l'espoir qui est, pour nous, une devise qui sème l'optimisme et brise le mur du désespoir», a-t-il indiqué.
L'orateur a ajouté que son parti considère que tous les Algériens sont des «partenaires». «On n'a ni ennemi ni adversaire en Algérie. On comprend les différences, on respecte l'autre et on valorise les réalisations de tous, en travaillant pour leur promotion sans exclusion ni marginalisation», a-t-il dit.
Dans ce contexte, le député d'Alger a salué le projet de Réconciliation nationale, soulignant que «le processus doit se poursuivre pour ne plus revenir aux années de sang et de destruction».
Le conférencier a insisté sur la valeur travail indiquant que la devise de son parti est: «Beaucoup de travail, peu de discours.»
L'orateur n'a pas manqué d'adresser un message à la jeunesse, estimant qu'elle est la vraie richesse de l'Algérie qui «l'immunise contre les aventuristes et assure son avenir après le pétrole».
Le TAJ espère aussi, selon M.Ghoul, approfondir la démocratie. «On croit à la démocratie en tant qu'idée et culture. On veut qu'elle soit une conviction, un comportement et une alternance pacifique constructrice du pays», a-t-il expliqué. Le rétablissement de la confiance mutuelle entre le citoyen et l'Etat fait aussi partie de la philosophie du parti.
Amar Ghoul s'est étalé par la suite sur les huit grandes lignes du programme de sa formation.
Le premier point de son programme est la construction de l'homme positif et équilibré. La construction d'une société cohérente, solidaire où la femme est un acteur et un partenaire à part entière est le deuxième point du programme du parti. Le parachèvement de la construction d'un Etat de droit et de justice, la mise en place d'une économie forte, concurrentielle, garante de la justice sociale, créatrice d'emploi et de la richesse figurent dans les grandes lignes du TAJ. A cela s'ajoute l'aménagement du territoire à travers toutes les régions du pays. L'autre grande ligne de la formation de M.Ghoul est la satisfaction des revendications légitimes des citoyens comme le travail, le logement, la santé, l'éducation et l'amélioration de leur cadre de vie. La consolidation de la place de l'Algérie dans le concert des nations constitue le dernier point du programme du TAJ. Quant aux objectifs de cette nouvelle formation qui est devenue un lieu de convergence des dissidents des autres partis, ils tiennent en cinq points.
Il s'agit de la construction d'une Algérie «sécurisée», «stable», «développée», «forte» et «pionnière». L'orateur a souligné que son parti, constitué des différentes tendances de la société, «veut rassembler toutes les forces vives de la nation». D'ailleurs, dans une déclaration à la presse, Ghoul a clairement affirmé que «le TAJ n'est pas un parti islamiste». En d'autres termes, une formation où les idéologies sont bannies. Tout en confirmant la participation de son parti aux prochaines élections locales, Ghoul a indiqué que le congrès constitutif du TAJ se tiendra du 13 au 15 septembre. A noter que des patrons comme Habib Youcefi, président de la Cgoea, des représentants des groupes SIM et Bellat ainsi que le président du Snapap, Rachid Malaoui, ont assisté à la réunion du TAJ.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours