L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Djerad à propos du vaccin

«Nous prendrons notre temps»

Des experts nationaux installés en Algérie et à l’étranger travaillent sur ce dossier d’importance vitale.

L'Algérie a activé ses relais pour être parmi les premiers pays au monde à bénéficier du vaccin anti-Covid 19. Elle a activé ses relais diplomatiques et scientifiques à cet effet.
Le Premier ministre l'a réaffirmé, hier, à partir de la wilaya de Tipasa où il a effectué une visite de travail. «L'Algérie établit actuellement des contacts avec plusieurs laboratoires pour acquérir le vaccin attendu contre le nouveau coronavirus», a-t-il assuré. Abdelaziz Djerad avoue même qu'un comité d'experts nationaux installés en Algérie et à l'étranger travaille sur ce dossier d'importance vitale. «Tous les scientifiques, les médecins et les compétences algériennes reconnues à l'échelle mondiale sont associés à ces négociations», a-t-il soutenu. Mieux encore, le chef de l'Exécutif rassure les Algériens sur le fait qu'il n'est pas question qu'ils soient des cobayes pour ce vaccin. «Ces scientifiques travaillent pour s'assurer que l'utilisation de ce vaccin n'engendrera aucune complication sur la santé», a-t-il soutenu.
Dans ce sens, le chef de l'Exécutif indique que les autorités prendront leur temps avant de choisir le bon vaccin, qui n'est pas dangereux pour la vie des citoyens. «Toutes les instructions, orientations et recommandations préconisent la vigilance et la prudence avant l'utilisation d'un quelconque vaccin pour s'assurer de son innocuité et son efficacité», a-t-il insisté.
Néanmoins, il a tenu à rappeler que le combat actuel contre cet ennemi invisible se fait sans ce vaccin. Il appelle, dans ce sens, les citoyens à éviter tout relâchement et ne pas sous-estimer la gravité et la dangerosité de ce virus. Djerad se montre toutefois rassurant sur la situation épidémiologique actuelle qui, pour lui, n'est pas dramatique. «On peut dire que la situation est stable en Algérie par rapport aux taux enregistrés de par le monde», a-t-il noté.
Il garantit également que «l'Etat dispose de tous les moyens pour y faire face et réduire les cas de contamination comme il l'a déjà fait durant la première vague du Covid-19.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours