L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Zitouni l’a annoncé

Notre Degla sera protégée

Zitouni a souligné, lors d'une rencontre avec des opérateurs économiques et des producteurs de dattes, «l'importance d'organiser cette filière».

Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni, a insisté, jeudi à Biskra, la nécessité d'organiser la filière de production et d'exportation de la datte pour protéger ce produit national dont il est inutile de souligner l'importance en tant que produit national de valeur économique et culturelle aussi. En visite jeudi-soir dans la wilaya de Biskra, dans la commune de Djemora (45 km au nord-est de Biskra), Zitouni a souligné, lors d'une rencontre avec des opérateurs économiques et des producteurs de dattes, «l'importance d'organiser cette filière». Il a considéré que cette branche, qui doit être prise en charge en raison de sa valeur hautement économique pour le pays, en général et pour la région en particulier. Il a, ainsi, signalé que «ce secteur souffre de problèmes liés à la production, à la commercialisation, à la structure des prix et aux mécanismes d'exportation». Zitouni a également déploré «le manque d'homogénéité» et dénoncé les «intrus qui portent préjudice à la filière des dattes», ce qui nécessite, selon lui, des rencontres avec les professionnels du secteur pour lever toutes les entraves à l'exportation et faciliter et (re)valoriser l'entrée de la datte algériennes sur les marchés internationaux. L'Algérie, qui produit plus de 265 variétés de dattes, avec à leur tête la fameuse «Deglet Nour» dont la qualité est mondialement connue et reconnue, se trouve, a-t-il regretté, «en queue de peloton» dans la liste des exportateurs de dattes au niveau international, au moment où «certains pays», a-t-il révélé, «sont en tête de liste sans produire ce fruit». Le ministre a noté, à cet égard, que des mesures strictes seront prises pour lutter contre la contrebande de dattes et toutes les propositions visant à réguler les marchés locaux et à exploiter les espaces au profit des commerçants honnêtes, seront étudiées.
Le ministre du Commerce a rassuré les phoeniciculteurs, en affirmant que ce secteur sera régulé et que «la production nationale, qui est de l'ordre de 1,4 million de tonnes annuellement ne sera exportée qu'au nom de l'Algérie, pas au nom d'autres pays» ou alors elle «restera en Algérie». S'agissant de la promotion de la production nationale, selon le plan-cadre d'une approche économique et scientifiques, Zitouni a souligné que «l'Algérie a accompli des progrès en matière d'exportation hors hydrocarbures et écoulé à l'étranger, des matériaux de construction, pour lesquels l'Algérie est passée du stade d'importateur à celui d'exportateur comme pour le fer et les médicaments tels que l'insuline qui couvre, cette année, les besoins nationaux et commencera à être exportée dès l'année prochaine».
En marge de sa visite dans la wilaya de la reine des Zibans, le ministre, accompagné des autorités locales, a supervisé le chargement d'une cargaison de ciment produit par l'usine Cilas, destinée à l'exportation. Cette cimenterie a atteint, depuis le début de l'année, la barre d'un million de tonnes d'exportation vers des pays d'Afrique et d'Amérique du Sud. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours