L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Investissements directs étrangers

Les Turcs aux avant-postes

Les domaines de prédilection des investisseurs turcs sont en nette évolution au cours de ces dernières années, touchant à différentes activités.

Ils sont nombreux ces opérateurs économiques turcs et leurs homologues algériens à s'impatienter par rapport à la visite annoncée du président algérien Abdelamadjid Tebboune en Turquie, à l'invitation de son homologue, Recep Tayyip Erdoðan. Cet engouement particulier, qui caractérise les relations bilatérales des deux pays, n'est pas fortuit et ne date pas d'aujourd'hui. Entre l'Algérie et la Turquie ce sont une trentaine d'années de partenariat et de collaboration entre les deux États et les deux peuples.
Le degré d'intégration des Turcs dans la société algérienne est tel que les mariages mixtes sont en hausse, ces dernières années, selon des estimations fournies au niveau de l'ambassade de Turquie à Alger. Au-delà de ces détails, somme toute importants, ce sont les volumes des échanges grandissants et les perspectives de projets d'investissements porteurs de valeur ajoutée entre les deux pays, qui restent à disséquer, cependant. Connues pour leur force d'adaptation et une forte résilience, les entreprises turques ont opéré une ascension fulgurante au cours de ces dernières années, avec un volume des réalisations d'une valeur de 20 milliards de dollars, comprenant plus de 550 projets d'infrastructures et de logements effectués. Selon les derniers chiffres fournis, la valeur des investissements directs turcs en Algérie, dépasse les
5 milliards de dollars, avec la présence de plus de 1.400 sociétés présentes en Algérie, employant plus de 30.000 travailleurs algériens.
Les domaines de prédilection des investisseurs turcs sont en nette évolution, au cours de ces dernières années, touchant à différentes activités, notamment les secteurs de la sidérurgie, la chimie, le textile, le médicament et la construction. Pour ce qui est des échanges commerciaux entre les deux pays, le volume s'élève à 3,6 milliards de dollars pour la seule année 2020. Au cours du Ramadhan écoulé, l'Iftar d'affaires offert par les hommes d'affaires turcs a permis de dévoiler la stratégie de ces entreprises, notamment le Conseil mondial des affaires turc, Dtik, ainsi que l'association turque des industriels et hommes d'affaires, Müsiad, en ce qui concerne les futurs investissements en Algérie. Avec respectivement 145 conseils d'affaires répartis à travers le monde et 60.000 entreprises affiliées et 12.000 adhérents, ces deux enseignes entendent booster les échanges et accroître le volume des partenariats et des investissements en Algérie, dans les années à venir. L'exemple de la société Tosyali est éloquent, concernant la réussite et de la performance turque en Algérie. Ses exportations ont fait un bond remarquable en quelques années atteignant les 320 millions de dollars, comprenant 335000 tonnes de produits ferreux. Avec une ambition affichée d'atteindre le seuil de 1 milliard de dollars de recettes d'exportations, au cours de l'année 2022, Tosyali passe pour être l'entreprise turque numéro un en Algérie. Suite à ce plan de charge, l'entreprise turque, sise à Béthioua, affiche ses ambitions quant à travailler au méga-projet de gisement de Ghara Djebilet. Bénéficiant d'une expertise touchant les méthodes d'élimination du phosphore présent dans ces gisements sahariens, les Turcs de Tosyali se disent prêts, avec certains investissements, à utiliser le gisement de Ghar Djebilet dans leur cycle de production. Il s'agit, en fait, d'un investissement d'un coût global avoisinant le 1,5 milliard de dollars, avec une capacité de production annuelle prévisionnelle de 2 millions de tonnes d'acier plat. Un projet qui devrait être opérationnel dans deux années, devra ouvrir les portes à plus de 2000 employés algériens. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours