L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L'ancien diplomate algérien, Djoudi, charge le Maroc

«Le Makhzen est l'allié du sionisme»

La politique du Maroc est basée sur le mensonge et la fourberie.

L'ancien diplomate algérien, Noureddine Djoudi, a déclaré, hier, que «le colonialisme ne comprend pas les peuples. Mais, il comprend mieux les politiques et les diplomates». L'ancien ambassadeur algérien, qui participait à un forum organisé en l'honneur du Sahara occidental, à l'initiative du réseau des journalistes soutenant la question sahraouie et l'association «Machaâl Echahid», est revenu longuement sur les péripéties de la naissance de la cause sahraouie, et les multiples étapes franchies dans le cadre de son internationalisation. L'ex-diplomate a estimé que «la politique du Maroc est basée sur le mensonge et la fourberie». Les étapes et les coulisses qui ont jalonné le processus historique d'intégration de la République arabe sahraouie à l'organisation de l'Unité africaine ont été également explicitées aux présents. «Après de multiples jeux de coulisses et des tractations, nous avions réussi à obtenir la majorité pour l'adhésion du Sahara occidental à l'OUA, malgré les réserves et les pressions du colonisateur marocain. Le roi du Maroc n'accordait aucune importance, ni une considération à l'Afrique, qu'il qualifiait de conférence de tam tam», dira-t-il avant de préciser que «le retrait du Maroc de l'OUA a été une grave erreur historique.
L'idée du Makhzen étant d'arriver à faire imploser l'organisation africaine». Tout en affirmant que «l'Afrique n'a jamais été une priorité pour le Maroc», l'orateur ajoute que «le retour hypothétique du Royaume chérifien, une demande de nouveau membre conformément aux lois de l'UA, s'est faite sur recommandations du conseiller israélite Azulay et les experts sionistes du Palais royal».
Il affirmera, à ce sujet, que «c'est devenu, aujourd'hui, une véritable stratégie peaufinée par ces conseillers sionistes, afin de mettre le grappin sur l'Afrique et son organisation, à travers différentes voies». Et de revenir sur les tout récents massacres contre la Palestine, et l'attitude paradoxale des responsables du Makhzen à son égard. «L'émir des criminels et son ministre de l'extérieur, qui ont validé le processus de normalisation avec Israël, font semblant de soutenir les Palestiniens qui font face à la barbarie sioniste», s'insurgera-t-il encore. Il estimera, par ailleurs, que «les violations du cessez-le feu par le Maroc ont été l'occasion pour le Front Polisario de relancer ces armes politiques et militaires, afin de consolider le principe d'autodétermination». Abordant le congrès de Nairobi en 1981,où le roi Hassan II avait «accepté, sourire aux lèvres, la résolution d'autodétermination du peuple sahraoui. C'était un engagement solennel de Hassan II, qui avait explicitement accepté le principe de référendum. Mais, le roi avait une autre vision». Pour Djoudi, «la connexion du Makhzen, Israël et ses réseaux sionistes n'est pas nouvelle. Nous savions à l'époque ce qui se tramait contre l'Algérie et les traîtrises du Makhzen et de son roi, Hassan II. C'était lui qui remettait les fameuses résolutions secrètes de la Ligue arabe aux sionistes». Il révélera, par ailleurs, que «des experts militaires sionistes sont aux chevets de l'armée royale, pour faire face aux ripostes de l'armée de libération sahraouie». Pour l'orateur, l'acceptation du nouvel observateur onusien, «est une victoire de la République sahraouie».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours