L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

On ne récupère que 10% de nos déchets

La difficile amorce d’un secteur juteux

En dépit des efforts fournis sur le terrain, la cadence de leur recyclage reste faible, comparée aux importantes quantités produites.

Le nombre d'opérateurs économiques qui exportent des produits issus du recyclage et de la récupérations des déchets d'élève à 636 entreprises. C'est ce qu'a déclaré, hier, le ministre du Commerce Tayeb Zitouni, en marge de l'inauguration de la 7e édition du Salon international de la récupération et de la valorisation des déchets Revade. Il a mis l'accent sur «la nécessité de s'orienter vers ce secteur, qui représente un gisement à forte valeur ajoutée». «Le recyclage et la récupération du plastique, à lui seul, peut générer plus de 60 milliards de dinars et au moins 7 600 emplois directs», a-t-il ajouté. Tayeb Zitouni n'a pas manqué l'occasion de louer les efforts des acteurs qui sont engagés pour une économie circulaire, citant, dans ce sillage les opérateurs, les associations et les start-up Cela avant de rappeler, que «la valeur marchande était passé à 151 milliards de DA. La valeur économique des déchets récupérables est actuellement estimée à 207 milliards de DA». Une fortune qui est, hélas, non seulement très mal exploitée, mais aussi coûte à l'Algérie les yeux de la tête! Des dizaines de milliards de DA sont engloutis dans l'enfouissement. Le coût de cette opération est estimé à environs 60 milliards de DA, a-t-on appris auprès de l'AND. Il faut savoir également qu'environ 10% seulement du total des déchets produits annuellement est valorisé, à 11 millions tonnes en 2022. Sans action urgente, la situation deviendrait incontrôlable, étant donné que la quantité globale des déchets devrait atteindre plus de 70 millions de tonnes à l'horizon 2035, selon les dernières statistiques établies par le ministère de l'Environnement. La première responsable du secteur, Fazia Dahleb, a, sur cette lancée, affirmé que le pays ambitionne de valoriser 30% des ordures ménagères à l'horizon 2035». Un objectif auquel s'ajoutent d'autres actions, lancées en amont, à l'instar de l'éradication des décharges sauvages. La ministre a, en marge du lancement de la 7e édition, révélé que l'État a investi plus de sept milliards de DA, pour la réhabilitation de la décharge d'Oued Smar et sa transformation en un parc de loisirs». Par ailleurs, il y a lieu de noter que le nombre d'opérateurs économiques enregistrés jusqu'au 26 novembre, dernier est de 19 321 inscrits au registre du commerce activant dans le domaine de la valorisation et du traitement des déchets, y compris la récupération et le recyclage, celui-ci a dépassé les 19 000 opérateurs. C'est le chiffre révélé, hier, par les responsables du stand du Cnrc. Cette institution participe au Salon Revade, dans le but d'accompagner les porteurs de projets, en particulier les jeunes dans le domaine de la valorisation et du traitement des déchets. Il y a lieu de retenir que de nombreuses démarches ont été entreprises pour tirer le maximum de profit de gisement, à l'instar du lancement par l'Agence nationale des déchets (AND) l'organisatrice du Salon d'une base de données dédiées à la collecte d'informations sur les déchets des localités. Un outil important à manier pour les porteurs de projets d'investissement qui pourront se rendre à l'AND pour mettre leurs projets sur les rails. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours