L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Aux «agressions» de certaines ONG sur les droits de l’Homme en Algérie

La contre-attaque par les chiffres

De janvier 2020 à juillet 2022, ce sont pas moins de 119 531 détenus qui ont bénéficié de la grâce présidentielle.

Les canaux habituels à travers lesquels agissaient certaines ONG pour épingler l'Algérie sur la question des droits de l'homme et des libertés individuelles ne vont pas tourner à plein régime cette fois-ci. L'Algérie est décidée à répliquer par des chiffres incontestables. Dans un bilan exhaustif et précis établi par les autorités algériennes, on a appris de sources judiciaires que plusieurs dizaines de milliers de détenus de droit commun ont été libérés pour avoir bénéficié de la grâce présidentielle. «De janvier 2020 à juillet 2022, ce sont pas moins de 119 531 détenus qui ont bénéficié de la grâce présidentielle», révèlent nos sources précisant qu‘en l'espace de deux ans, «le président de la République a signé de nombreux décrets permettant à ces 119 531 détenus de bénéficier de la grâce présidentielle». Les mêmes sources expliquent qu'en plus de ce chiffre, la démarche du chef de l'État a concerné également 13 999 personnes non détenues qui ont bénéficié de la grâce présidentielle durant la même période. «Il s'agit de personnes qui ont été condamnées, mais qui n'ont pas fait l'objet d'incarcération», précise-t-on. Ces actes d'indulgence du président de la République obéissent à des règles. C'est pourquoi, d'ailleurs, à chaque mesure de grâce, la présidence de la République détaille les catégories concernées par les mesures de grâce et d'apaisement décidées par le Président. Il y a d'abord des mesures de grâces ordinaires qui concernent plusieurs catégories: on cite la catégorie des détenus condamnés définitivement pour des crimes de droit commun, la catégorie des détenus condamnés définitivement à la peine capitale qui bénéficient d'une commutation de la peine capitale en peine de réclusion à temps de vingt (20) ans, la catégorie des détenus condamnés définitivement à la réclusion à perpétuité, ayant purgé plus de vingt ans de prison, qui bénéficient d'une commutation de la peine de réclusion à perpétuité en peine de réclusion à temps de vingt ans, la catégorie des détenus âgés atteints de maladies incurables, la catégorie des détenus admis au Brevet d'enseignement moyen (BEM), à la formation professionnelle et les détenus bacheliers.
Il y a ensuite les mesures d'apaisement: elles concernent essentiellement les individus poursuivis pénalement et placés en détention pour avoir commis des actes d'attroupement et des faits connexes.
Ces mesures vont dans le sens de la main tendue par le président Abdelmadjid Tebboune, qui a affiché cette volonté de «réconcilier tous les Algériens» sans exclusion aucune lors de son premier discours à la Nation lors de son investiture en décembre 2019. Pour donner un prolongement à cette volonté politique ainsi exprimée, le président Tebboune a lancé l'initiative de la main tendue au mois de mai dernier.
Une initiative qui vise à réunir toutes les composantes du peuple algérien, «sans distinction ni discrimination». Une démarche plus que nécessaire, dès lors qu'il s'agit de la constitution d'un front interne cohérent. Une sorte de digue qui se dressera face à toutes les campagnes de dénigrement visant notre pays et contribuera à imprimer un nouveau souffle au processus de développement national. Aucun pays n'est épargné par les défis actuels générés par les conflits régionaux et internationnaux, dont la guerre en Ukraine, qui impactent dangereusement la Défense nationale et la stabilité intérieure ainsi que les conditions de vie et de travail des populations.
Dans un tel contexte, l'Algérie se trouve particulièrement exposée, car son vaste territoire et ses ressources naturelles suscitent des convoitises, et sa dépendance alimentaire la rend vulnérable au risque de ruptures de la chaîne d'approvisionnement comme c'est le cas des produits céréaliers et oléagineux en provenance de pays en conflit. C'st pourquoi le projet de «la main tendue» du Président revêt un sens stratégique, voire même existentiel pour le pays. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours