L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Sondage d’opinion

L’institut Abassa de retour

Le sondage d’opinion est un levier indispensable dans la prise de décision.

L'institut Abassa spécialisé dans les opérations de sondage et d'enquêtes sociales, est de retour, après 11 années d'absence. Un retour avec à la clé, une nouvelle enquête en cours au sujet de l'audimat des télévisions et les opinions des téléspectateurs, au sujet du paysage médiatique. À ce sujet, il annoncera que l'enquête assistée par sondage sur «l'évolution du paysage audiovisuel en Algérie et comment voient les Algériens leurs médias, sera prête deux semaines après le Ramadhan, approximativement». L'enquête touchera l'ensemble des supports médiatiques, notamment la presse écrite, les médias lourds, dont les télévisions publiques et privées, les radios nationales et locales. Le directeur exécutif de l'institut de sondage,M. Abassa, a, d'emblée, envoyé un appel solennel en direction des pouvoirs publics, quant à lancer de larges consultations en direction de la société. «Plus qu'un appel, c'est une injonction que je fais en direction de tous les responsables du pays. Nous ne pouvons pas continuer à gouverner, sans connaître les besoins des citoyens, les problèmes et difficultés de la société pour laquelle, sont destinées les solutions», dira M. Abassa, avant d'ajouter: «Il faut consulter le citoyen, pour qu'il puisse assumer sa citoyenneté.»
À ce sujet, il dira qu'en «Italie, 20 000 sondages sont effectués quotidiennement par les différents organismes spécialisés». Au sujet de la relation qu'entretient son institut avec les pouvoirs publics, notamment la Présidence, le gouvernement, les ministères, les walis, APC, il évoquera, «une enquête commandée en 1989 par feu Rachid Boukerzaza, alors secrétaire d'Etat chargé de la Ville». Une enquête assistée par sondage, qui avait «révélé l'ampleur des tensions sociales et politiques qui pesaient sur l'Algérie, à cette époque». À une question du journal L'Expression au sujet des enquêtes d'opinion politiques, notre interlocuteur a estimé qu'il «n'aimait pas particulièrement ce volet, du fait des frictions des uns et des autres». Néanmoins, il nous confiera que son institut accorde beaucoup plus d'importance et de crédit aux questions sociales et sociétales. «Je préfère m'orienter vers les volets relatifs à la société, la citoyenneté, le social», dira-t-il. Cela étant dit, l'importance de relancer les sondages d'opinion et les enquêtes assistées par sondage, comme prôné par le ministère de la Communication, reste une nécessité absolue, en tant que levier indispensable dans la prise de décision.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours