L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Reçu par le Président de la république

Darmanin annonce la fin de la crise des visas

Cette décision vise à rétablir une relation consulaire normale entre la France et l’Algérie, en adéquation avec l’amitié extrêmement forte et spécifique entre les deux pays.

La fin de la brouille diplomatique. Afin de mettre fin à cette brouille et rétablir des relations normales entre les deux pays, la France a décidé de lever les restrictions sur les visas accordés aux ressortissants algériens.
Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en visite en Algérie, a révélé que l'Algérie et la France sont parvenues à une solution au problème des visas entre les deux pays. «Une visite sur demande du président Macron» a noté Gérald Darmanin. «Nous avons repris une relation consulaire normale, celle qui existait avant la pandémie de Covid-19, et ce concernant la relation sur les visas et d'échanges entre nos populations», afin qu'ils soient à «la hauteur de la relation amicale extrêmement forte et spécifique entre la France et l'Algérie», a déclaré Gérald Darmanin, au sortir de l'audience que lui a accordée le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en présence de Brahim Merad, ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire.
Une décision effective depuis la semaine dernière, selon le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui précise que cette décision vise à rétablir une «relation consulaire normale» entre la France et l'Algérie, en adéquation avec l'amitié «extrêmement forte et spécifique» entre les deux pays.
Un retour à la normale à l'actif de la visite «réussie» du président Emmanuel Macron en Algérie, après une période de fortes turbulences durant l'automne 2021, induites par les tensions liées à la Mémoire et à la lutte contre l'émigration clandestine.
La levée des restrictions de délivrance des visas se veut une manière d'acter définitivement le réchauffement des relations algéro-françaises, entamé avec la visite à Alger du président français Emmanuel Macron, en août dernier, à Alger, qui s'est soldée par la signature de «la Déclaration d'Alger pour le partenariat renouvelé entre l'Algérie et la France», d'autant que lors de la 5e session du Comité intergouvernemental de haut niveau (Cihn) algéro-français, tenue les 9 et 10 octobre 2022, à Alger, sous la coprésidence des Premiers ministres Aïmene Benabderrahmane et Elisabeth Borne, les deux parties avaient renouvelé leur volonté d'inscrire résolument les relations algéro-françaises dans une dynamique soutenue de progression, notamment dans les domaines stratégiques et d'avenir, conformément à l'esprit et à la lettre de la feuille de route tracée par les deux chefs d'Etat, Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron. Un renouvellement traduit sur le terrain par les visites de la Première ministre française, Elisabeth Borne, en octobre et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, dimanche, en attendant celle du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, avant la fin de l'année, qui sera suivie, au début de l'année prochaine, par celle d'Olivier Brecht, ministre délégué chargé du Commerce extérieur. Dans sa déclaration, Gérald Darmanin a indiqué «avoir eu une conversation très riche avec le ministre Brahim Merad. Une occasion pour la partie française de montrer sa volonté de poursuivre la coopération et d'incarner le dialogue qui a eu lieu entre les présidents des deux pays», a déclaré le ministre français, ajoutant avoir «informé le président Tebboune du rétablissement, depuis lundi dernier, des relations consulaires normales entre les deux pays». Des rapports revenus à ceux qui existaient avant la pandémie de Covid-19, a-t-il souligné, avant «d'exprimer ses remerciements au président Tebboune pour l'accueil chaleureux qu'il lui a réservé, ainsi qu'à la délégation l'accompagnant». 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours