L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Avant-projet de loi de finances 2023

D'importantes mesures sociales introduites

Le texte sera adopté lors d'un prochain Conseil des ministres.

Présenté, mercredi dernier, par le ministre des Finances au Conseil du gouvernement, ce texte sera adopté lors d'un prochain Conseil des ministres. L'avant-projet de loi de finances 2023 introduira plusieurs mesures, notamment d'ordre social. Rappelons dans ce contexte l'engagement du chef de l'État en fin juillet dernier à augmenter les salaires, l'allocation chômage et les pensions de retraite au regard «des recettes supplémentaires engrangées en 2022 par l'économie nationale». À ce propos, un décret interministériel, astreint les bénéficiaires de l'allocation chômage à s'inscrire obligatoirement dans un stage d'apprentissage d'un métier ou perfectionnement des compétences déjà acquises, d'une durée de 3 à 6 mois, au minimum. L'élaboration de cette loi intervient dans un contexte d'amélioration des revenus extérieur du pays permettant au gouvernement de couvrir le déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR) et celui de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnas) étant donné l'amélioration des avoirs du Fonds de régulation des recettes (RFR) induite par l'augmentation des dépôts de Sonatrach à la BEA. En l'absence de chiffres et indicateurs prévus pour l'exercice 2023, l'on peut dire, sans risque de se tromper, que sur le plan budgétaire, le nouveau texte tablera sur la hausse des recettes grâce à la fiscalité pétrolière. Tirée des exportations d'hydrocarbures, qui contre 33 milliards de dollars en 2021. Les exportations d'hydrocarbures (atteindraient 55 milliards de dollars en 2022) devraient se maintenir à un niveau élevé, générant un surplus du compte courant et une hausse des recettes budgétaires, tandis que la restriction des importations se poursuivra. Le prix de référence et le prix de marché du baril(actuellement sous les 90 dollars) seront revus à la hausse alors qu'ils étaient respectivement à 45 et 50 dollars en 2022. Sur le front de l'inflation il n'y aurait pas d'amélioration comparativement à l'année écoulée puisque les prix à la consommation de plusieurs produits n'ont cessé de progresser. Le taux de change se stabiliserait au regard du raffermissement du dinar sur le marché interbancaire officiel face aux principales devises. L'euro est coté, ce jeudi, à 138,67 dinars et le dollar à 140 dinars.
Par ailleurs, les réserves de change devraient connaître une importante augmentation alors que la balance des paiements continuera de réaliser un excédent. Et ce en dépit d'une hausse des produits de base sur le marché international induite par le conflit russo-ukrainien. Au-delà de cette période la dégringolade des cours des hydrocarbures n'est pas écartée et les fragilités de l'économie nationale peuvent ressurgir de nouveau avec le risque d'assèchement des réserves de change. D'où l'opportunité de saisir l'occasion de cette embellie pétrolière pour mettre un terme à l'économie rentière et mono exportatrice. Sur un autre plan, l'on ignore si le gel des taxes et impôts introduits dans la loi de finances 2022, sera maintenu durant l'exercice 2023. À titre de rappel, le gel jusqu'à nouvel ordre, de tous les impôts et les taxes, notamment les taxes contenues dans la loi de finances 2022 sur certains produits alimentaires a été ordonné par le chef de l'État. Il s'agit de la suppression de tous les impôts et taxes sur le e-commerce, les téléphones portables, les matériels informatiques à usage personnel et les start-up en se contentant des tarifications réglementées.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours