L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Béjaïa

2e jour de fermeture de la RN 9 à Aokas

Pour la deuxième journée consécutive, la Route nationale 9 reliant la ville de Béjaïa aux régions de l'Est du pays, est fermée à la circulation routière au niveau du village Tala Khaled, à l'entrée du tunnel d' Aokas. Les protestataires ne sont autres que les demandeurs de logements sociaux qui «rejettent la liste des bénéficiaires des 120 logements sociaux», affichée avant-hier matin. Ils exigent purement et simplement «son annulation» et «l'installation d'une nouvelle commission d'attribution».
Comme un peu partout dans les différentes municipalités de la wilaya de Béjaïa, les listes des prébénéficiaires sont contestées dès leur affichage. Ce qui laisse supposer un véritable problème de confiance. Selon le P/ APC d'Aokas, membre de la commission de distribution, plus de 1000 dossiers ont été déposés pour un quota de 120 logements, ce qui constitue un grand déséquilibre entre l'offre et la demande. Un choix difficile pour les membres de la commission présidée par le chef de la daïra. En effet, il n'est pas du tout facile d'être équitable et de satisfaire tout le monde. D'où, cet appel lancé par l'édile communal pour «l'inscription d'autres programmes au profit de la commune». Hier, les protestataires ont occupé de nouveau l'axe routier RN 9, rejetant également de s'inscrire sur le registre de recours qui a été ouvert au niveau de la daïra. Ce qui s'est passé depuis deux jours à Aokas est loin d'être un fait unique. L'affichage des listes des bénéficiaires est à l'origine de nombreuses actions de rue dans différentes localités, induisant des désagréments incommensurables. Toutes les actions musclée trouvent leur raison d'êtres dans la colère suscitée par les listes d'attribution jugées, par les demandeurs, «inéquitables». Ceux qui ne sont pas concernés, jugent ces attributions «inopportunes» et soupçonnent, comme la majorité des observateurs, «une manière d'envenimer encore plus une situation déjà pénible». Chaque affichage d'une liste isole la wilaya de Béjaïa du reste du pays. Parfois, les manifestants refusent d'en démordre, comme ce fut le cas récemment à Béni Ksila sur la RN 24, à Darguina, Sidi Aïch. Ils persistent maintenant dans leurs actions des jours durant. La tension monte à Béjaïa. Chaque jour que Dieu fait l'on enregistre une manifestation de rue et plus particulièrement depuis le début de l'année; les coupures de routes sont justifiées par les listes des bénéficiaires de logements sociaux.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours