L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Fonds envoyés par la communauté nationale à l'étranger

1,8 Milliard de dollars en 2021

Un pactole estimé à 1,1% du Produit intérieur brut national, par la Banque mondiale.

Les transferts annuels d'argent de nos émigrés ne sont pas conséquents. Ils devraient s'élever à 1,8 milliard de dollars en 2021 selon les chiffres de la Banque mondiale. Un pactole qui est estimé à 1,1% du Produit intérieur brut national. Un montant identique à celui de 2019, malgré la pandémie de Covid-19, qui a sévèrement impacté l'économie de leur pays d'accueil et qui, paradoxalement, n'a pas empêché,
de manière générale, les transferts de fonds de connaître une hausse significative. Globalement, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient connaître une forte augmentation, de 7,3% et s'élever à 589 milliards de dollars en 2021, souligne le rapport de l'institution de Bretton Woods. Ce qui confirme la robustesse des flux déjà observée en 2020, quand les remises migratoires n'ont baissé que de 1,7%, en dépit de la grave récession mondiale provoquée par la pandémie de la Covid-19, relèvent les experts de la BM, estimant que pour la deuxième année consécutive, les transferts d'argent vers les pays à revenu faible et intermédiaire (hors Chine) devraient excéder la somme des investissements directs étrangers (IDE) et de l'aide publique au développement. Ce constat souligne «l'importance de ces flux, qui constituent une véritable bouée de sauvetage en permettant aux ménages de financer des produits essentiels tels que la nourriture, la santé et l'éducation, pendant les périodes de difficultés économiques dans les pays d'origine des migrants», notent-ils. Il faut souligner que cette manne financière pourrait atteindre un niveau nettement plus élevé en ce qui concerne l'Algérie, si elle n'était siphonnée par un marché parallèle dont le taux de change a atteint des sommets. 215 dinars pour 1 euro, contre près de 157 dinars pour 1 euro, sur le marché officiel. L'Algérie ne doit vraisemblablement pas être concernée ou de manière insignifiante par l'augmentation des envois de fonds vers le Maghreb qui doivent connaître un bond de 15,2%, du fait de la croissance de la zone euro, comme l'indique le rapport de la Banque mondiale. Un fait déploré par le Premier ministre, ministre des Finances qui a mis l'accent sur le faible niveau de transferts des devises de l'émigration algérienne, lors de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et des consuls algériens, qui s'est tenue les 8 et 9 novembre à Alger. «Les transferts de devises des Algériens étaient de seulement 1,7 milliard de dollars.» en 2019, avait indiqué Aïmene Benabderrahmane, qui avait souligné que ce montant ne reflète pas pleinement les capacités de notre communauté nationale à l'étranger, compte tenu, notamment de son nombre et de son poids économique.
«Ce montant ne reflète pas pleinement les capacités de notre communauté nationale à l'étranger, compte tenu, notamment, de son nombre et de son poids économique» avait-il fait remarquer. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours