L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Irak

Nouvelles frappes de l’Iran contre les opposants kurdes

Le PDKI a confirmé hier avoir été visé à Koya (Koysinjaq) et à Jejnikan, près d’Erbil, la capitale régionale du Kurdistan par des «tirs de missiles et des drones kamikazes».

L'Iran a de nouveau bombardé dans la nuit de dimanche à lundi des groupes d'opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan irakien voisin, une semaine après des frappes similaires visant ces factions accusées par Téhéran d'attiser les manifestations qui secouent la République islamique. Les autorités régionales du Kurdistan autonome, dans le nord de l'Irak, n'ont pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles pertes humaines dues à ces tirs de missiles et frappes de drones imputés aux Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran. Le 14 novembre déjà, des bombardements similaires contre des groupes d'opposition kurdes iraniens ont fait un mort et huit blessés au Kurdistan d'Irak. Des frappes meurtrières avaient également eu lieu le 28 septembre. Le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) et le groupe nationaliste kurde iranien Komala ont tous deux confirmé des bombardements ayant visé leurs installations. «Les Gardiens de la révolution (armée idéologique de l'Iran, ndlr) ont de nouveau bombardé des partis kurdes iraniens», ont indiqué les services antiterroristes du Kurdistan d'Irak, sans évoquer de bilan pour ces frappes survenues aux alentours de minuit. Hier avant l'aube, l'agence de presse étatique irakienne INA a également rapporté des raids iraniens, évoquant «des tirs de missiles et des frappes de drones iraniens» contre «trois partis iraniens d'opposition au Kurdistan» d'Irak.
Le PDKI a confirmé hier avoir été visé à Koya (Koysinjaq) et à Jejnikan, près d'Erbil, la capitale régionale du Kurdistan par des «tirs de missiles et des drones kamikazes». Il a partagé sur son compte Twitter des vidéos montrant des boules de feu s'élevant dans la nuit noire. «Ces attaques aveugles se produisent à un moment où le régime terroriste iranien est incapable d'arrêter les manifestations en cours au Kurdistan» d'Iran, a fustigé le PDKI, plus ancien parti kurde d'Iran fondé en 1945, dans un communiqué publié en ligne. Le pouvoir iranien accuse ces groupes d'opposition, de longue date dans sa ligne de mire, d'attiser les troubles en Iran, confronté à des manifestations depuis la mort le 16 septembre de la jeune iranienne d'origine kurde Mahsa Amini, arrêtée par la police des moeurs à Téhéran. Par le passé, plusieurs hauts responsables iraniens ont interpellé les autorités de Baghdad et celles d'Erbil sur ce dossier, leur demandant de neutraliser cette opposition. Installées en Irak depuis les années 1980, ces factions kurdes iraniennes sont qualifiées de «terroristes» par la République islamique, qui les accuse d'attaques sur son territoire. Mais après avoir longtemps mené une insurrection armée, ces groupes, très à gauche politiquement, ont quasiment interrompu leurs activités militaires, nuancent toutefois des experts.
Le mouvement Komala a confirmé sur Twitter avoir été pris pour cible, assurant toutefois ne pas avoir essuyé de pertes dans ses rangs. Le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom) a condamné dans un communiqué «les frappes transfrontalières iraniennes» effectuées par «des missiles et des drones» près d'Erbil. «De telles attaques aveugles et illégales mettent les civils en danger, violent la souveraineté irakienne et compromettent la sécurité et la stabilité (...) de l'Irak et du Moyen-Orient», ajoute le Centcom dans un communiqué. Les derniers bombardements iraniens interviennent un jour seulement après des frappes aériennes menées par la Turquie au Kurdistan d'Irak contre des bases des rebelles kurdes turcs du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Considéré comme une organisation terroriste par Ankara mais aussi par ses alliés occidentaux, le PKK est en lutte armée contre le gouvernement turc depuis le milieu des années 1980. Il dispose dans le nord de l'Irak de bases arrières depuis des décennies. «Quelle que soit l'intention de Téhéran pour cibler le Kurdistan irakien, c'est un échec à la fois pour Baghdad et Erbil de laisser leur territoire être ainsi vulnérable à des attaques étrangères», a estimé sur Twitter le politologue irako-canadien Hamzeh Hadad. Les bombardements nocturnes on tué au moins un combattant de l'opposition kurde iranienne, a annoncé cependant indiqué, hier, un responsable du parti. «Bihzad, un membre des peshmergas, a été tué dans un bombardement iranien dans la région de Koysinjaq», a indiqué Ali Boudaghi, un responsable du parti démocratique du Kurdistan iranien.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours