L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pour célébrer la victoire de l’URSS face aux nazis

Le Kremlin organise un grandiose défilé militaire

La Russie marquait, hier, sa victoire sur l'Allemagne nazie avec un grandiose défilé militaire sur la place Rouge, moment de communion patriotique voulu par Vladimir Poutine, avant un référendum constitutionnel destiné à renforcer le pays et ses institutions. La parade terrestre et aérienne de plus de 13.000 soldats et 200 engins aurait dû avoir lieu le 9 mai et le vote constitutionnel le 22 avril. Mais l'épidémie de coronavirus a obligé Moscou à remanier le calendrier. Parmi les réformes proposées aux Russes, le 1er juillet prochain, se trouve une proposition permettant à Vladimir Poutine, d'effectuer deux nouveaux mandats de six ans. Alors que son mandat actuel s'achève en 2024, cette révision constitutionnelle assurerait à Vladimir Poutine de rester au pouvoir jusqu'en 2036. Bien que la Russie compte encore des milliers de nouveaux cas quotidiens de coronavirus et que Moscou, malgré son déconfinement, continue d'interdire les rassemblements publics, le Kremlin a tenu à organiser cette parade le 24 juin, date symbole du premier défilé du genre en 1945, et le référendum dans la foulée.
Le maire de la capitale russe, Sergueï Sobianine, a appelé les Moscovites à la prudence et à suivre la parade à la télévision. Une quinzaine de villes ont pour leur part préféré annuler leurs défilés militaires. A cause du Covid-19, aucun dirigeant occidental ne sera à Moscou pour les 75 ans de la fin de la guerre. Et certains responsables de l'ex-URSS ne feront pas le déplacement, comme le Premier ministre arménien ou encore les présidents azerbaïdjanais et turkmène. On retrouvera néanmoins les présidents kazakh, moldave, bélarusse et le Serbe Aleksandar Vucic. Vladimir Poutine, dont ce sera l'une des premières sorties en public, depuis la fin du confinement de Moscou, supervisera le défilé, au cours duquel seront exhibées des armes parmi les plus modernes actuellement, développées par la Russie, et symbolisant sa capacité à faire face, de nouveau, aux Occidentaux, sur la scène internationale.
Le discours de Vladimir Poutine, lors des éditions précédentes, a été l'occasion de célébrer cette puissance retrouvée, qu'il s'agisse de la Crimée ou de l'intervention militaire salvatrice en Syrie. Les commémorations de 1945 ont aussi été l'occasion cette année pour le président russe de ferrailler avec ses homologues occidentaux, notamment polonais, sur les responsabilités de chacun dans la Seconde guerre mondiale. Il a sonné de nouveau la charge la semaine dernière, dans une longue tribune, accusant l'Occident d'un «révisionnisme» historique anti-russe qui déstabilise «les principes d'un développement pacifique» du monde. Ce défilé et son discours seront des moments clés avant le vote populaire sur sa vaste réforme constitutionnelle. En raison des risques dus au nouveau coronavirus, les Russes pourront voter en ligne ou dans leurs bureaux de vote dès le jeudi 25 juin, soit une semaine avant la date formelle du référendum le 1er juillet. Cette réforme de la loi fondamentale, annoncée à la surprise générale en janvier et menée au pas de charge juste avant que le Covid-19 ne freine le processus, prévoit des prérogatives renforcées pour le président. Des principes devraient aussi se voir inscrits dans la Constitution, comme le fait que le mariage n'est possible qu'entre un homme et une femme. Pour Vladimir Poutine, la réforme signifie que le temps «était au travail, pas à la recherche de successeurs».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours