L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Nouvelles attaques contre les forces marocaines à Al-Bekari

La RASD salue la position de la Cour africaine

Les éléments de l'Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans la région de Hefrat Achyaf au secteur d'Al-Bekari qui ont occasionné la destruction d'une batterie d'artillerie de l'ennemi, positionnée derrière la 9e Base, selon le communiqué militaire n° 638 du ministère de la Défense sahraoui. Des unités avancées de l'armée sahraouie ont bombardé, selon la même source, une batterie d'artillerie positionnée derrière la 9e Base à Hefrat Achyaf au secteur d'Al-Bekari. Des unités de l'armée sahraouie avaient bombardé, mercredi, des positions des forces d'occupation marocaines dans la région d'Aadhim dans le secteur d'Aousserd et dans les régions de Fedret Al-Aach et Fedret Laghrab dans le secteur de Houza. Les attaques de l'armée sahraouie se poursuivent contre les forces de l'occupant marocain qui ont subi des pertes humaines et matérielles tout au long du mur de la honte.
Par ailleurs, le ministère sahraoui de l'Information a salué l'arrêt «historique» rendu jeudi par la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples dans lequel elle affirme que le droit à l'autodétermination et l'indépendance du peuple sahraoui est une réalité juridique incontestable et que les Etats africains ont la responsabilité et l'obligation d'agir pour l'application de ce droit. Dans un arrêt du 22 septembre 2022 qui fera date, la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples dénonce l'occupation marocaine du Sahara occidental comme une violation grave du droit à l'autodétermination.»Ce 22 septembre 2022, la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples a rendu un arrêt historique, sans précédent à l'échelle du continent africain, dans lequel elle condamne la présence illégale des forces marocaines au Sahara occidental, qu'elle qualifie d'occupation militaire, violant le droit international».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours