L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Sahara occidental

L'Irlande et la Ligue internationale socialiste réitèrent leur soutien à l'autodétermination

Le gouvernement irlandais a, à cet effet, appelé à une «reprise rapide» des pourparlers sous la houlette des Nations unies, mettant en garde contre toute «tentative de déstabilisation de la situation».

Le ministère des Affaires étrangères d'Irlande a réitéré samedi la position de Dublin en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui suite à la décision unilatérale du président américain sortant Donald Trump sur la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. «La position de l'Irlande sur le statut du Sahara occidental reste inchangée. L'Irlande soutient la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur l'autodétermination du peuple du Sahara occidental», a affirmé le ministère irlandais dans une déclaration publiée samedi sur son site officiel. Le gouvernement irlandais a, à cet effet, appelé à une «reprise rapide» des pourparlers sous la houlette des Nations unies, mettant en garde contre toute «tentative de déstabilisation de la situation». «Nous souhaitons une reprise rapide des pourparlers dirigés par l'ONU», a indiqué le ministère. De son côté, la conférence préparatoire au congrès de la Ligue internationale socialiste a affirmé son soutien à la lutte du peuple sahraoui pour l'autodétermination, dénonçant vigoureusement la violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu dans la région d'El Guerguerat, selon l'Agence de presse sahraouie (SPS). Au terme des travaux de la conférence préparatoire au Congrès tenu samedi, les participants ont adopté un communiqué dans lequel ils ont affirmé leur soutien à la lutte du peuple sahraoui pour l'autodétermination et dénoncé vigoureusement «la nouvelle agression militaire du Maroc contre la RASD», ajoute la même source. L'Union de la jeunesse de Saguia El Hamra et Rio de Oro (UJSARIO) était représentée aux travaux de la conférence par Chaïaâ Beirouk, membre du staff technique du département des relations extérieures à ladite organisation, en sus de la présence de représentants de partis politiques et d'organisations juvéniles issus de 30 pays. La Ligue a défendu «la lutte juste du peuple sahraoui et son droit à l'autodétermination, à l'indépendance et à la liberté», rejetant «la nouvelle méthode coloniale» adoptée par le Maroc et «la complicité de l'Union européenne (UE), notamment l'Espagne et la France», a-t-on précisé. L'organisation a plaidé, en outre, pour «le retrait immédiat de toutes les forces marocaines qui occupent illégalement depuis des décennies des territoires sahraouis», faisant valoir «le droit légitime et légal du peuple sahraoui au recouvrement de sa souveraineté sur l'ensemble de ses territoires», conclut la même source.
Par ailleurs, le vice-président du Groupe parlementaire Paix pour le peuple sahraoui au Parlement européen Manu Pineda, a réitéré la position de soutien et de solidarité du groupe avec le Front Polisario et le peuple sahraoui face à l'agression marocaine et dans la lutte pour arracher le droit inaliénable à l'autodétermination. Lors de la Conférence parlementaire européenne de solidarité avec le peuple sahraoui, qui s'est tenue hier, samedi, en visioconférence, Pineda a appelé l'Union européenne à jouer un «rôle actif dans le conflit du Sahara occidental, en commençant par condamner les violations répétées du régime marocain, dont la dernière est la violation de l'accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier à El Guerguerat, qui a conduit à l'escalade militaire et au retour du Front Polisario à la lutte armée», a rapporté dimanche l'agence de presse sahraouie (SPS). Dans ce contexte, Pineda a réitéré la position du groupe parlementaire Paix pour le peuple sahraoui et de l'Alliance de la gauche européenne unie, «de soutien et de solidarité avec le Front Polisario et le peuple sahraoui face à l'agression marocaine et dans la lutte légitime et légale qu'ils mènent pour arracher le droit inaliénable à l'autodétermination, garanti par le droit international et les résolutions pertinentes des Nations unies».
Face à la persistance de l'intransigeance marocaine, le député européen a exhorté «tous les groupes parlementaires à travailler intensément afin de faire pression sur les gouvernements de leurs pays pour inciter la Commission européenne à condamner les agressions de l'occupant marocain contre le peuple sahraoui opprimé». Il a imputé au gouvernement espagnol l'entière responsabilité de la «nouvelle situation inquiétante» au Sahara occidental, en raison du non-respect de ses obligations internationales, rappelant la responsabilité juridique et historique envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination. Manu Pineda avait critiqué la décision du président américain sortant Donald Trump concernant la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, affirmant qu'elle «contribue à l'affaiblissement des droits de l'homme des peuples sahraoui et palestinien, au moment où le monde célèbre la Journée internationale des droits de l'homme, pour renforcer le contrôle des sociétés privées sur les ressources du peuple sahraoui et attaquer le droit des Sahraouis et des Palestiniens d'instaurer un état indépendant». Il a également considéré que les déclarations du commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Oliver Farhelyi, concernant l'agression militaire marocaine à El Guerguerat, «reflètent le vrai visage de l'Europe, qui se préoccupe plus des intérêts économiques des multinationales dans la région que du droit international et des droits de l'homme».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours