L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Barrage sur le Nil

Echec des discussions tripartites de Kinshasa

L'ONU a appelé mardi au compromis afin de permettre aux parties prenantes de parvenir à un accord sur le Grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD), après l'échec des récentes négociations entre l'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan sous les auspices de l'Union africaine (UA). Les négociations entre les parties prenantes autour du GERD construit par Addis Abeba sur le Nil bleu, entamées samedi, à Kinshasa, ont pris fin mardi sans parvenir à un accord. Initialement prévues pour durer deux jours, dimanche et lundi, les discussions se sont clôturées mardi sans qu'un compromis soit trouvé entre les trois protagonistes, réunis sous la médiation du chef de l'Etat de la République démocratique du Congo (RDC) Félix Tshisekedi, président en exercice de l'UA. L'Ethiopie «menace les peuples du bassin du Nil, et le Soudan directement», a déclaré Mariam Al Mansoura Elsadig Almahdi, ministre soudanaise des Affaires étrangères, à l'issue des négociations. «Nous espérons que le jugement du président Tshisekedi puisse mettre fin à (...) ces négociations interminables et insuffisantes où la partie éthiopienne met tout le monde devant le fait accompli, d'une façon qui viole clairement le droit international et les principes de bon voisinage», a-t-elle ajouté. «Nous parlons de prendre en compte tous ensemble les 250 millions d'âmes qui vivent dans les trois pays et leurs intérêts», a déclaré la ministre soudanaise des Affaires étrangères. «Sans nouveau programme (pour les discussions), l'Ethiopie a un boulevard devant elle pour mettre les peuples de la région et tout le continent africain en danger imminent», a-t-elle estimé.
Dans un communiqué, Ahmed Hafez, porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué que «les derniers pourparlers parrainés par l'UA, qui visaient à sortir les négociations de l'impasse afin de parvenir à un accord sur le remplissage et l'exploitation du barrage, n'ont permis de réaliser aucun progrès en raison de divergences persistantes». L'Ethiopie a notamment refusé la proposition soudanaise - également approuvée par l'Egypte - de créer un comité international quadripartite dirigé par l'UA afin d'arbitrer les conflits entre le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie. L'Ethiopie a également rejeté toutes les autres alternatives proposées par l'Egypte en vue de permettre au processus de négociation d'avancer, notamment en invitant des observateurs pour proposer de nouvelles solutions aux questions juridiques et techniques litigieuses. L'Egypte et le Soudan ont pourtant fait preuve de flexibilité et de responsabilité pour parvenir à un accord sur le barrage, a-t-il déclaré. «Le rejet des propositions égyptiennes, qui ont pourtant été bien accueillies par le Soudan, révèle de la part de l'Ethiopie une absence de volonté politique de reprendre des négociations de bonne foi», a-t-il affirmé. La position inflexible de l'Ethiopie ne fera que compliquer la crise du GERD et renforcer les tensions dans la région, a ajouté M. Hafez. «L'Egypte est prête à coopérer avec Félix Tshisekedi, président de la RDC et actuel président de l'UA, pour trouver une solution au problème du GERD qui préserve les intérêts des trois pays et renforce la stabilité régionale», a-t-il déclaré.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours