L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Burkina Faso

Cinq ans de plus pour le régime de transition

Le Burkina Faso a adopté samedi une charte permettant au régime militaire du capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir en septembre 2022 par un coup d'Etat, de rester cinq ans de plus à la tête de ce pays miné par les violences terroristes. «La durée de la transition est fixée à 60 mois à compter du 2 juillet 2024», a indiqué le colonel Moussa Diallo, président du comité d'organisation d'assises nationales, organisées à Ouagadougou. Selon l'article 22 de la charte, des élections peuvent toutefois être organisées «avant cette échéance si la situation sécuritaire le permet». Le capitaine Traoré, dont le statut passe de «président de transition» à «président du Faso», pourra par ailleurs se présenter aux «élections présidentielles, législatives et municipales», qui doivent être organisées à l'issue de cette période, a poursuivi le colonel Diallo. La charte, signée par le capitaine Traoré samedi soir, entre immédiatement en vigueur. Les assises nationales, initialement prévues pour s'achever dimanche, ont rassemblé samedi des représentants de la société civiles, des forces de défense et de sécurité ou encore des députés de l'assemblée de transition. La plupart des partis politiques traditionnels ont boycotté l'évènement. Le Burkina Faso, en proie à des violences terroristes récurrentes qui ont fait des milliers de morts depuis près de dix ans, a connu deux coups d'Etat militaires en 2022. Le premier, en janvier, avait porté le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba au pouvoir, avant d'être lui-même renversé en septembre de la même année, par le capitaine Traoré. Dans la foulée, une charte avait été adoptée lors de premières assises nationales, mettant en place un président, un gouvernement, une assemblée législative de transition (ALT) et fixant la durée de transition à 21 mois. Cette transition devait donc s'achever le 1er juillet 2024, mais à plusieurs reprises le capitaine Traoré a évoqué la difficulté de tenir des élections au vu du contexte sécuritaire dans le pays. Dans la nouvelle charte signée samedi par le capitaine Traoré, les «quotas» qui étaient alloués aux partis politiques issus notamment de l'ex-majorité et opposition pour les postes de députés de l'assemblée législative de transition ont été supprimés. 12 postes sur 71 restent alloués aux partis politiques, mais sans attribution spécifique à une formation en particulier. Le «patriotisme» est érigé comme critère pour siéger à cette assemblée ou au gouvernement. Une nouvelle instance baptisée «Korag», dont la composition et le fonctionnement sont à la discrétion du chef de l'Etat, est en outre créée pour «suivre et contrôler la mise en oeuvre de la vision stratégique du pays dans tous les domaines et par tous les moyens», précise la charte. «Vous venez de réécrire une nouvelle page de l'Histoire de notre pays», s'est félicité le ministre de l'Administration territoriale, Emile Zerbo, qui avait ouvert les assises samedi matin. Le régime de Ouagadougou affirme régulièrement obtenir des succès militaires contre les groupes terroristes qui ensanglantent une grande partie de son territoire. Mais les attaques meurtrières se poursuivent et des ONG comme Human Rights Watch ont aussi alerté sur des exactions commises par l'armée contre des civils, ce que Ouagadougou réfute. Le régime militaire du capitaine Traoré est également accusé par des organisations de la société civile de réduire au silence les voix critiques du régime.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours