L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La question des quotas dans la nouvelle loi électorale

La femme: Cette grande inconnue

Le débat, le vrai, a été occulté sciemment de la part de cette classe politique nombriliste et sans ancrage social réel.

L'avant-projet de la loi électorale suscite un débat contradictoire sur la question de la participation de la femme dans le processus électoral et le quota qui lui est réservé.
Le débat est d'avance biaisé, la raison c'est que la femme elle-même est marginalisée dans ce débat de «clercs» sans issue salutaire pour la condition de la femme et de son émancipation réelle, c'est-à-dire, une égalité de facto et non pas celle qui corrobore une démarche décrétée et sanctionnée par des artifices visant à faire de la femme un cheval de Troie dans une bataille politique et électorale qui n'est pas la sienne.
Certes, il y a cette tendance qui veut que la femme algérienne sorte de sa condition d'éternelle mineure et que les horizons multiples de la société lui soient ouverts sans ambages au même pied d'égalité que l'homme.
La question de la parité se comprend comme prolongement d'un principe inaliénable entériné par un mécanisme constituant même. C'est un élément qui consacre un droit longtemps bafoué et qui reste dans plusieurs de ses aspects bafoué à cause du statut de la femme en particulier.
Le quota qui est prévu dans l'avant-projet de loi électorale soumis au débat et enrichissement est vu sous deux angles diamétralement opposés. Le premier est celui des officiels qui cherchent à mettre sur pied une espèce de démarche positive dans le sens de permettre à la femme de s'impliquer davantage dans la vie politique. Cette démarche est sujette à débat et clarification quant à la conception globale que la question de la femme devrait avoir pour exprimer réellement la volonté visant son émancipation entière et complète. Le deuxième angle, c'est celui d'une classe politique disparate et hybride qui traite chacune de ses sensibilités la question de l'implication de la femme dans le processus électoral à part entière que l'homme politique.
Le débat, le vrai, a été occulté sciemment de la part de cette classe politique nombriliste et sans ancrage social réel. Lesdits partis qui constituent d'une manière galvaudée le spectre politique du pays, sont gênés par rapport à ce système de quota que préconise l'avant-projet de la loi électorale soumis à enrichissement et débat. La gêne réside dans l'incapacité de certains partis de pacotille qui ne pourront en aucun cas confectionner une liste en bonne et due forme qui pourrait rassembler autant de femmes comme l'avant-projet de la loi électorale le suggère.
L'enjeu réside dans l'approche développée par les officiels et la classe politique qui consiste à faire de la femme un instrument politicien dans le but d'avoir des exploits électoraux.
Ainsi, la question et la condition de la femme n'est pas vue de la manière qui devrait pousser toute la classe politique à se débarrasser de la conception patriarcale et tutrice quant à son rapport avec la femme y compris dans le champ politique.
La démarche dont le changement sera salutaire, est celle qui avancera des projets et des propositions qui feront de la femme une personne égale à l'homme en tant qu'entité dans son expression la plus large.
Une chose est sûre, c'est que le processus électoral si il sera enclenché sur la base de cette démarche proposée dans l'avant-projet de la loi électorale, on va connaître une reconfiguration de la scène politique d'une manière aussi insipide que régressive. Pour la simple raison, que cette approche de quota ne va pas donner du crédit à la notion de l'émancipation de la femme et de sa quête pour ses droits et son intégration sociétale pro domo.
La société pour qu'elle avance, elle doit tenir compte des mutations et les changements qui ont caractérisé sa structure sociale et démographique. La femme a pu envahir les espaces multiples de la société, par ricochet elle est en mesure d'apporter sa contribution pleine et entière sans tutorat politique et sans couverture patriarcale émanant des semblants partis politiques en déphasage avec la société en perpétuel mouvement.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours