L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les associations, une menace pour les partis?

Crédit. Le mouvement associatif dans notre pays connaît un rebond. 4000 demandes d'agrément d'associations ont été recensées en un mois, nous a appris, samedi dernier, le conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif, Nazih Berramdane. Cela fait suite à l'encouragement du mouvement associatif par le président Tebboune. «Le président de la République insiste toujours sur le rôle important que joue la société civile et l'intérêt à développer le travail qu'elle effectue, ainsi que l'importance du rôle de la société civile dans la démocratie participative et dans la construction d'une Algérie nouvelle» a rappelé Berramdane. De quoi donner à réfléchir aux formations politiques quant à leur contribution dans «la construction d'une Algérie nouvelle»? Surtout que l'état des lieux de ces mêmes formations n'est guère reluisant. Pour faire court, disons qu'elles souffrent d'un déficit de confiance populaire. Ici et là, certains partis tentent de se relever, mais le défi est difficile. D'autant que le chef de l'Etat penche plutôt vers la société civile qu'il appelle à se structurer pour «l'associer à la réflexion sur l'avenir de l'Algérie» et lui permettre de «participer à la prise de décision» comme l'a précisé Berramdane. D'ailleurs, Tebboune ne fait pas mystère de sa préférence pour la société civile. «J'ai été élu par le peuple» répète-t-il à chaque occasion. On sait aussi qu'il n'a été le candidat d'aucun parti à l'élection présidentielle. Sauf que le fonctionnement normal des institutions du pays- notamment le Parlement- ne peut se passer du politique. Car et si les associations concernent de nombreux domaines, elles sont exclues du domaine politique comme on peut le constater dans la définition donnée par le ministère de l'Intérieur. Ce qui devrait rassurer les partis politiques quant à leur futur. Ceci étant dit, tout n'est pas aussi simple comme on pourrait le croire. Pour peu qu'on interroge l'histoire on s'aperçoit que les partis politiques se sont toujours servis des associations pour atteindre leurs objectifs. Que ce soit à l'époque du parti unique avec ses organisations de masse ou à l'ouverture démocratique avec le «FIS» et ses associations caritatives, la vie des partis a toujours été caractérisée par des relais dans la société civile. En jurant le contraire sans sourciller. Dans le mouvement associatif de l'Algérie nouvelle, il va falloir trouver la parade!

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours