L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le poids de la souveraineté

Le PIB de l'Algérie est proche de 270 milliards de dollars, ses réserves de change dépassent les 69 milliards de dollars. Le pays produit plus de 70% de sa nourriture. Ces chiffres placent l'Algérie au top 3 des pays les plus riches du continent et loin devant lorsqu'on prend en compte son PIB en parité de pouvoir d'achat. Elle est la seule nation africaine à avoir atteint les standards occidentaux en matière de sécurité alimentaire et d'espérance de vie. Cela conforte son indépendance et sa souveraineté, déjà très largement acquises en raison de son désendettement.
Ces indicateurs documentés auprès de toutes institutions et agences internationales ne suffisent pas pour décrire l'Algérie d'aujourd'hui. Ajoutons- y, et sans souffrir la moindre hésitation, un modèle de fonctionnement démocratique. La démocratie, c'est prioritairement les droits de l'homme universellement admis. Le logement, la santé, l'éducation, le travail, les loisirs, sont garantis et les Algériens en usent en toute liberté. Il est également d'autres libertés, à l'image de l'expression politique et syndicale. Celles-ci aussi sont garanties, mais ne serviront jamais des officines étrangères. Il n'y a aucun complotisme dans ce propos, puisque les ingérences et leur pouvoir destructeur sur les nations sont aussi documentés et les ruines que sont devenus certains pays en témoignent.
L'Algérie, c'est une volonté de progresser, d'améliorer les conditions de vie de tous les citoyens. Personne ne sera oublié sur le bord de la route. L'Algérie, c'est aussi une détermination farouche à ne jamais abdiquer, à toujours lutter pour donner tout son sens au serment fait aux chouhada.
Mais cela suffit-il pour s'assurer la pérennité d'un modèle de développement qui, malgré des erreurs commises, a maintes fois démontré sa raison d'être? Là aussi, force est d'admettre que la seule conviction ne suffit pas. Encore faut-il se donner les moyens de défendre ce modèle pour ensuite le perfectionner.
Les Algériens, citoyens et élites, ne sont pas dupes. Ils savent que le discours sur une armée prétendument «suréquipée» n'a d'autre objectif que d'affaiblir la colonne vertébrale de la nation. Mais disons-le encore clairement, déjouer ce complot ne suffit pas. Et le président de la République a dit la phrase que tout Algérien, qu'il soit civil ou militaire, doit méditer: «La préservation de la souveraineté nationale repose sur une armée forte et redoutable et sur une économie développée.» Ce sont là les deux piliers qui garantissent tout le reste...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours