L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’école, le corona et les grognards

La rentrée scolaire 2021-2022 s'est déroulée dans des conditions normales à travers le pays, bien qu'«arrosée» dans les wilayas du Centre. Le sacro-saint protocole sanitaire a encore fait parler de lui. Les bambins, tous masqués, ont dû respecter la distanciation physique. Toutes les télévisions ont montré les exemples à suivre. Dans la réalité, disons que c'était différent. Même si l'ambiance était empreinte de quelques mesures de circonstance, Covid-19 oblige, cela n'a pas empêché les élèves d'égayer cette journée de l'année très particulière. Bref, la rentrée n'est pas passée inaperçue, heureusement. C'est un signe de résilience de la société qui demeure très attachée à cette tradition universelle qui, soit dit en passant, est systématiquement précédée par des dépenses supplémentaires annonçant une fin de mois compliquée pour les ménages.
À bien voir le déroulement de cette journée sur les écrans de télévision et à travers les vidéos postées sur les réseaux sociaux, on pourrait trouver quelques défauts: des classes non aménagées, un personnel administratif peu regardant au protocole... Mais les «grognards» on en trouve partout et ont leur fonction dans le corps social. Ils attirent l'attention sur les imperfections et c'est tant mieux. Il reste que cela ne doit pas masquer l'effort que déploie l'Etat pour améliorer les conditions de scolarisation. En effet, les autres chiffres de la rentrée, hormis le nombre d'élèves, sont parlants. Il faut savoir, à ce propos, que rien que pour cette année, le secteur de l'éducation a réceptionné 473 établissements scolaires, entre écoles primaires, collèges et lycées. Pas moins de 587 cantines et deux pensionnats pour le cycle primaire, six autres pour le moyen auxquels s'ajoutent 45 000 demi-pensionnats sont autant d'acquisitions. Et la liste est encore longue.
Cela pour l'infrastructure. Concernant l'encadrement, le corps enseignant a été renforcé, à l'occasion de cette rentrée, par 16 000 nouveaux postes. Tout cet effort, loin d'être négligeable, n'a qu'un seul objectif: fournir aux 10 millions d'élèves un environnement adéquat pour leurs études. Mais est-ce suffisant? certainement pas, si l'on considère que pour la seule rentrée 2021-2022, la hausse des effectifs scolarisés a bondi de 6% comparativement à l'année précédente. C'est énorme. La mission du ministère de l'Education est, à proprement parler, titanesque. Cela pour dire que «les grognards» ont bien le droit d'afficher leur insatisfaction, mais ils ont aussi le devoir d'estimer à sa juste valeur l'effort de l'Etat.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours