L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

APN, session le 2 septembre

Planning. Les députés qui seront élus le 12 juin prochain, auront le temps de se «retourner» avant de commencer leur travail parlementaire. En effet, la Constitution a fixé les dates. «Le Parlement siège en une session ordinaire par an, d'une durée de dix (10) mois. Celle-ci commence le deuxième jour ouvrable du mois de septembre et se termine le dernier jour ouvrable du mois de juin» précise l'article 138 de la Loi fondamentale. Autrement dit et lorsque la Cour constitutionnelle aura proclamé «au plus tard, dans un délai de dix (10) jours, à partir de la date de réception des résultats provisoires arrêtés par l'Autorité indépendante» (art. 211 de la loi électorale), ce sera, pile-poil, la veille des vacances parlementaires. Ceci dit, il s'agit de la session parlementaire. Par contre, la législature «débute de plein droit le quinzième jour suivant la date de proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle, sous la présidence du doyen d'âge de l'Assemblée populaire nationale, assisté des deux députés les plus jeunes» (art.133 de la Constitution). Le même article, dans son alinéa 2, précise qu'à cette occasion, l'APN «procède à l'élection de son bureau et à la constitution de ses commissions». Un temps suffisant pour permettre aux députés fraîchement élus de prendre possession des lieux et remplir les dernières formalités des ressources humaines, des moyens généraux et du protocole. Une acclimatation aussi, qui leur permettra d'endosser psychologiquement le mandat qu'ils auront à assumer durant cinq années. Bref, les lois, les débats, les questions au gouvernement, ce sera pour la rentrée de septembre. Mais au-delà de cet aspect procédural, les députés ne devraient pas chômer durant l'été. Ils mettront à profit ce temps pour les travaux de coulisses. Aux tractations. Aux alliances. Autant pour les partis politiques que pour les indépendants. Ils devront se positionner. Il y aura ceux qui soutiendront le programme présidentiel et ceux qui choisiront d'être dans l'opposition. Même si certains ont déjà annoncé la «couleur» au cours de cette campagne électorale, ce n'est qu'après les élections que leur positionnement aura du sens. Une fois la configuration politique définitivement établie, le président de la République désignera soit le Premier ministre, soit le chef du gouvernement (art.91 alinéa 5 de la Constitution). D'ici là, le remaniement partiel du gouvernement actuel n'est pas impossible!

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours