L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le CPA et la BDL ouvrent leur capital

Une émission initiale de 50 milliards DA

«il est impératif de prendre en ligne de compte les méthodes de gestion modernes».

«La concurrence n'a jamais été une mauvaise chose», tel a été l'énoncé, en préambule, du délégué général de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (Abef), Rachid Belaïd, qui a annoncé l'ouverture du capital des deux banques publiques, le CPA et la BDL. C'est lors de son intervention sur les ondes de la Radio nationale, Alger chaîne 3, de cette grande nouvelle qui annonce un changement majeur dans l'univers bancaire national. L'ouverture du capital de ces deux banques publiques, tel que précisé par l'Invité de la rédaction, concerne en premier lieu le Crédit populaire d'Algérie (CPA). Cette cession d'actions, qui intéresse 30% du capital du CPA, se fera dès le mois de janvier prochain. Il y aura, a-t-il précisé, une émission d'obligations, dans un premier temps, d'une valeur globale de 50 milliards de dinars. À en croire Rachid Belaïd, les résultats du CPA sont d'une très satisfaisante tenue, notamment par rapport aux autres banques, d'où sa santé financière jugée «bonne». La BDL connaîtra la même opération et ce prochainement, a expliqué le même responsable. Au cours de la même émission Rachid Belaïd est revenu sur la question d'octroi de crédits. Ces derniers, a-t-il expliqué, sont accordés par les banques surtout lorsqu'ils sont rentables et permettent à la banque d'engranger des bénéfices. Il n'est pas dans l'intérêt d'une banque d'enregistrer un retard dans l'octroi d'un crédit, car toute perte de temps se traduit par une perte d'argent, a par ailleurs suggéré Rachid Belaïd. Cette ouverture du capital des deux banques obéit certainement aux orientations du président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui n'a de cesse de rappeler la nécessité de bannir les vieux réflexes tout en engageant les moyens, d'une manière rapide, afin de réaliser les objectifs, notamment la construction d'un État moderne et d'une économie compétitive. L'annonce de cette ouverture de capital coïncide également avec la nouvelle loi monétaire et bancaire dont les textes apportent de grandes nouveautés. Rappelons que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé, lors de la réunion du Conseil des ministres qu'il a présidée, dimanche dernier, que l'année 2024 sera l'année de la réforme bancaire profonde dans le cadre d'une «nouvelle approche globale». Commentant l'exposé relatif à l'ouverture du capital de deux banques publiques, le président Tebboune a mis l'accent sur l'impératif de «placer la réforme du système bancaire dans le cadre d'une nouvelle approche globale et intégrée captant les fonds circulant en dehors du circuit bancaire, afin de faire de l'année 2024 l'année de la réforme bancaire profonde», a-t-on précisé. Dans le même sillage, le président de la République a relevé «l'impératif de prendre en ligne de compte lors de l'opération d'ouverture du capital des deux banques publiques, à savoir le CPA et la BDL, les méthodes de gestion modernes, d'autant que l'opération vise à associer le secteur privé dans la gestion de ces importants établissements financiers, la prise de la décision économique, et la création d'un climat concurrentiel avantageux pour nos citoyens parmi les clients des banques». «L'ouverture du capital des deux banques doit stimuler l'investissement et le marché de l'emploi, ces deux établissements devant s'ériger en modèles pour les institutions financières en matière de prestations de qualité supérieure et d'efficacité», a préconisé le président de la République.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré