L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Transition énergétique

L’Algérie se tourne vers l’avenir

Le ministre pousse dans le sens de l’exploitation et parcourir les micro et pico-centrales hydrauliques...

Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a présidé mardi dernier une réunion de travail avec les cadres de l'Agence nationale des barrages et des transferts (Anbt) et ceux de la Société de production d'électricité SPE (filiale du groupe Sonelgaz).
Lors de cette réunion, il a été décidé de réhabiliter les centrales hydroélectriques déclassées. Selon le communiqué du ministère, cette réunion qui s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de la feuille de route du secteur de la transition énergétique et des énergies renouvelables, avait pour objet de définir le potentiel hydroélectrique de l'Algérie, actuel et à l'horizon 2030, à intégrer dans le modèle énergétique. Dans cette perspective, il a été convenu, selon le ministère, de procéder à la réhabilitation des centrales hydroélectriques déclassées, d'exploiter et de parcourir les «micro et pico» centrales hydrauliques via l'étude du potentiel des fleuves et cours d'eau. Il a été également convenu de lancer un projet pilote pour l'autoconsommation à travers une «pico-centrale» et d'étudier la possibilité de produire l'électricité à partir du photovoltaïque flottant au niveau du barrage de Beni Haroun. La pico-hydroélectricité, très petite installation hydroélectrique, est une solution technique d'approvisionnement d'énergie décentralisée répandue dans le monde entier. Elle est utilisée pour alimenter des sites isolés pour produire de l'électricité à petite échelle, notamment dans les pays émergents. L'énergie hydraulique est la première source d'électricité d'origine renouvelable. C'est aussi une des filières de production électrique les moins chères. La compétitivité de l'hydroélectricité fait qu'aujourd'hui de nombreux projets se développent, notamment au niveau des petites centrales réparties ici et là dans nombre de pays. Les avantages de ce mode de production d'électricité reposent sur le long terme. Le coût de l'entretien de ces installations, quasi nul, permet, en effet, une durée de vie de 20 à 50 ans, et concède une autoconsommation qui est avantageuse dans les régions isolées et montagneuses. Les micro-centrales hydrauliques, aussi appelées mini-centrales ou pico centrales permettent de produire de l'énergie à petite échelle grâce à la force de l'eau. Contrairement aux grands barrages, elles ne retiennent pas l'eau, et peuvent être installées sur des torrents et des rivières.
Ces installations constituent ce qu'on appelle la «PHE, ou Petite Hydroélectricité», désignant des mini-barrages dont la puissance est inférieure à 10 MW.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours