L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Institut de musique d’Alger

Yennayer célébré

L'orchestre et le choeur de l'Institut régional de formation musicale (Irfm) d'Alger, sous la direction du maestro Mohamed Shihadeh, ont animé, mercredi à Alger, un concert de chants de variétés algériennes du terroir, à l'occasion du Nouvel An amazigh «Yennayer 2972». Le nombreux public du Palais de la culture Moufdi-Zakaria, astreint au strict respect des mesures de prévention sanitaire contre la propagation du coronavirus, a eu droit à près de deux heures de concert durant lequel, une dizaine d'interprètes ont entonné des pièces célèbres de grands noms de la chanson algérienne. En présence de représentants de la Mission diplomatique palestinienne accréditée à Alger et de directeurs d'établissements culturels, le concert célébrant Yennayer 2972 s'est ouvert dans des atmosphères solennelles, avec l'Hymne national algérien. Dans une randonnée onirique, les interprètes-solistes, aux voix présentes et étoffées de technique et de larges tessitures, ont été soutenus par une douzaine d'instrumentistes, répartis dans différents pupitres composant l'orchestre, parmi lesquels les frères Saïdani, Akram au luth (13 ans) et Aylan au violon (11ans), et autant de voix formant la chorale, tous dirigés d'une main de maître par l'Algérien aux origines palestiniennes, Mohamed Shihadeh.
Les voix suaves des sopranes, Bouchra Maâlem, Yasmine Taïl, Zineb Kadari, Asma Ouredjedal, Kaoutar Mekaïdèche, Amani Lahmar, ainsi que celles enchantantes des ténors, Adjrad Koussaila, Youcef Retim, Idris Assouani, Racim Benmerabet et Seïf Sedira, ont donné beaucoup de plaisir à un public venu revisiter les chefs-*d'oeuvre de la chanson algérienne. Entre autres chansons brillamment entonnées par le groupe d'interprètes, «A yemma azizen ourets'rou», «Goumari», «Jahegh vezzaf dha meziane», «Wahran, Wahran», «Amchi ya R'Soul», «Ya ness djaret'li el gharaïb», «Thameghra N'thefsuth», «Besm'Allah nebda klami», «Kemlet ezzine», «Djinakoum ziyar», «Achiq memhoun» et «K'sentina». Naturalisé algérien en 2002, Mohamed Shihadeh a été formé à l'Irfm d'Alger, avant d'intégrer l'Education nationale. De retour à l'Irfm d'Alger, il encadre les étudiants en classes de spécialisation, avant de partir au Royaume-Uni pour perfectionner son savoir et revenir avec un diplôme de direction des Choeurs. Au-delà de ses occupations professionnelles à l'Irfm d'Alger, Mohamed Shihadeh assure la direction de la Chorale polyphonique de la Protection civile et figure parmi les membres du groupe Djmawi Africa.
Le concert animé par l'Orchestre et la Chorale de l'Irfm d'Alger, en célébration de «Yennayer 2972», a été organisé par l'Irfm d'Alger, en collaboration avec le Palais de la Culture Moufdi-Zakaria.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours