L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

11e Festival de la chanson chaâbie

Quatre ténors subjuguent le public

Le 11e Festival culturel national de la chanson chaâbie s'est poursuivi, jeudi soir à Alger, avec les voix présentes et étoffées de quatre ténors confirmés du genre, dans des atmosphères chaleureuses qui ont rappelé, au public, les «fameuses «quaâdet d'antan». Sous le regard bienveillant du grand maître, Mahboub Safar Bati, dont l'oeuvre et la mémoire sont célébrées par le festival, l'espace scénique de la salle Ibn Zeydoun de l'Office Riadh El Feth (Oref), a subi un beau lifting pour s'offrir au public dans une belle scénographie de circonstance.
Durant deux heures et demie de temps, la dizaine de musiciens virtuoses de l'orchestre pilote, dont le grand banjoïste Sid Ali Zeghdoud, qui compte à son actif 43 années passées aux côtés des maîtres de la chanson chaâbie, a soutenu, sous la houlette du maestro-pianiste Nacer Hini, les chanteurs Rachid Bellik (Tizi-Ouzou), Djamel Megharia (Chlef), Hamid Laïdaoui et Nacereddine Galiz d'Alger, qui ont subjugué le public, embarqué dans un voyage onirique à plusieurs stations.
«Nous avons bien apprécié les moments de cette soirée après avoir assisté hier à l'ouverture du festival, et on en demande encore plus (), nous serons donc là, tous les soirs jusqu'à la clôture de ce bel événement», a déclaré une dame venue en famille.
Les belles variations modales et rythmiques de cette «musique populaire, aimée de tous», ont permis à l'assistance de savourer le programme de chaque artiste, allant ainsi du mode Sahli à celui du Araq-Ghrib, passant par ceux de Raml El Maya, Moual et Zidane.
Ainsi, les quatre ténors ont rendu entre autres pièces, «Mahboubi zahw R'maki», «Djinakoum ya ness el djoud», «Nefsi wana moulaha», «Bini ou bin hobbi», «Qoulou ya ness», «Had el gharam el'ladhi katemtou», «El Bareh», «Hakmet» et «Aib aâlik enti m'han'ya».
«Soustraire le genre chaâbi du paysage culturel était tout simplement inconcevable, le voilà revenu à son public, et Alger lui ouvre grands les bras!» a déclaré un spectateur.
Après sept années d'absence de la scène artistique, le Festival culturel national de la chanson chaâbie revient, avec une 11e édition destinée à rendre hommage aux prestataires tout en célébrant en musique le retour de ce grand événement dans le paysage artistique.
En marge des prestations musicales et des déclamations poétiques, les organisateurs ont prévu la tenue d'une Journée d'étude sur la chanson chaâbie comme support à l'expression de la poésie du Melhoun, animée par des chercheurs et des académiciens.
Le 11e Festival national de la chanson chaâbie se poursuit jusuqu'au 15 août.
Figurait au programme de vendredi dernier, les prestations des chanteurs, Yahia Mohamed Réda (Tiaret), Brahim Hadjadj (Annaba), Belkhiret Kamel (Boufarik), Noureddine Allane et Abdelkader Chercham d'Alger, ainsi que la déclamation poétique de Bachir Tehami de Mostaganem.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours