L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Hommage à Guem au Centre culturel algérien a Paris

«Le rythme, c’est la vie»

Avec au menu exposition, ateliers et spectacle, l’Association Guem et le Centre culturel algérien de Paris rendront hommage au célèbre percussionniste franco-algérien, lors d’une journée riche en activités artistiques et ce, le samedi, 22 janvier 2022 au CCA.

On se souviendra pendant longtemps du tempo du générique de l'émission «Ça se discute» qui passait sur France 2 à l'époque en France. Ce son n'était que le fruit de cet excellent percussionniste franco-algérien Abdelmadjid Guemguem, plus connu sous son nom d'artiste de Guem.
Né le 09 mars 1947 à Batna, cela fait un an que Guem est décédé, soit le 21 janvier 2021, «mais son art et on son oeuvre continueront d'accompagner le monde de la culture, sa famille et ceux qui l'ont connu» peut-on lire dans le communiqué qui nous a été envoyé.
En effet, c'est sous le signe
«Le rythme c'est la vie» que l'Association Guem et le Centre culturel algérien de Paris ont décidé de lui rendre hommage, lors d'une journée riche en activités artistiques et ce, le samedi 22 janvier 2022 au CCA. Au menu: «Exposition, ateliers et spectacle- hommage».
L'homme aux mains d'or
Baptisé «L'homme aux mains d'or», Guem, nous affirme t-on était « l'un des percussionnistes les plus célèbres au monde, qui a valorisé les percussions et les a amenées sur le devant de la scène. Avec plus de 50 ans de carrière, une trentaine d'albums, des tournées internationales et des musiques diffusées aussi bien à la télévision, au cinéma, que dans les plus grands spectacles, défilés de mode et parcs d'attractions, nombreux sont ceux qui connaissent mieux ses mains que son visage, bien que chacun ait été bercé par son rythme.»
L'hommage s'ouvrira par une grande exposition le 22 janvier. Cette dernière retracera le parcours artistique de Guem, son enfance en Algérie puis son exil vers sa ville de coeur Paris, son début de carrière dans le football, puis ses débuts au centre américain, son enseignement, ses valeurs et sa pédagogie, ses shows et sa présence scénique.
Un voyage en musique et en images dans son univers. De belles découvertes interactives qui seront offertes au public. S'ensuivront des ateliers durant toute la journée. Destinés aux enfants et aux adolescents, ces derniers seront consacrés, notamment à l' éveil corporel, musical et théâtral, à l'éveil musical et rythmique, à la danse orientale hip-hop, aux percussions, au dessin et à la danse orientale hip-hop entre autres. La soirée sera marquée par un grand spectacle, pensé autour de l'univers de Guem. Ce dernier retracera des «moments de sa vie, de l'exil vers sa ville de coeur, aux tournées qui lui ont permis de découvrir des cultures et faire connaître la sienne.
Chant et percussions à l'honneur
Au fil de ce spectacle, des artistes se succèderont pour partager avec le public un morceau de Guem, une inspiration, un souvenir à travers une grande diversité d'expressions artistiques», indique encore le communiqué de presse.
Au programme également, une projection vidéo de deux minutes sur «L'homme aux mille mains», suivra au chant le duo Samira Brahmia et Samia Diar. Elles seront accompagnées du mime Andrès, et aux percussions (Djembe), Yazid, Benoit et Vincent. On notera au chant Jazz et percussions Pauline, Yazid Kheloufi et Oussame Chaibi, à la danse orientale et percussions Assia Guemra et la fille du défunt Sarah Guem, à la derbouka, Amar Chaoui et Antony Giannota, aux percussions Narjess, au chant percussions Malik et Oussama, à la danse, Martine Curtat Cadet, au chant et guitare, Freddy et Rachel, à la danse contemporaine Julie Sicard, à la zumba Sylviane
JB + 3, au street art, Marko, au tambour Japonais, Sarah Dhaine, au mime, Caroline Simula, au chant et guitare, Mélo et Patrick Balavoine et enfin, à la danse Sarah Guem. Il est à souligner que le petit-fils de Guem, Noham, 4 ans, entrera sur scène accompagné par les percussionnistes de talent, Amar Chaoui, Oussama Chraibi, Anthony Gianotta, Narjess, Yazid Kelhoufi et Benoit Sauclès, un tableau final aux rythmes des percussions qui finira cette soirée assurément en apothéose. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours