L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Hollywood résiste au lobby sioniste

Les Arabes d'Hollywood sont devenus les cibles des sionistes à Los Angeles. Depuis les dernières décennies, les partisans de l'administration sioniste de Benyamin Netanyahou ont qualifié de manière mensongère toute critique du gouvernement israélien d'antisémitisme. Il s'agit d'une curieuse confusion, étant donné qu'une enquête du Pew Research Center de 2021 a révélé que seulement 58% des adultes juifs aux États-Unis «se sentent très/quelque peu/ attachés à Israël». Dans cette même enquête, néanmoins 33% ont déclaré que «le gouvernement israélien fait des efforts sincères en faveur de la paix». Et en mars de cette année, un sondage Gallup a déclaré que «pour la première fois dans son histoire de sondage sur les attitudes américaines envers les Israéliens et les Palestiniens, les sympathies des démocrates au Moyen-Orient vont désormais davantage vers les Palestiniens que vers les Israéliens, 49% contre 38%». Et ceux-ci ont été publiés avant la crise humanitaire actuelle à Ghaza.
Les attaques éclair du Hamas du 7 octobre, qui ont entraîné la mort de plus de 1 200 personnes en Israël et la prise d'environ 240 otages, et la réponse militaire aveugle d'Israël, qui a coûté la vie à environ 13.000 civils palestiniens - Guterres a qualifié cela de «un meurtre de civils sans précédent et (sans précédent) dans aucun conflit depuis que je suis secrétaire général des Nations unies», même s'il devrait prêter plus d'attention à ce qu'il se passe au Soudan - ont placé la question israélo-palestinienne en tête de tous les réseaux sociaux, y compris ceux d'Hollywood, une ville où vivent de nombreux juifs (pour des raisons historiques et culturelles expliquées ici). Et la façon dont les dirigeants d'Hollywood ont riposté à toute critique du gouvernement israélien pendant le conflit en cours pourrait commencer à ressembler à une nouvelle liste noire d'Hollywood. Vient en premier Maha Dakhil, agent principal de la CAA, qui a été rétrogradée de son poste de cochef du département cinéma de la puissante agence artistique, après avoir partagé une publication sur Instagram, qualifiant le bombardement israélien de Ghaza de «génocide».
Dakhil, qui représente Tom Cruise, Reese Witherspoon et Natalie Portman, a présenté des excuses sincères et supprimé le message, mais cela n'a pas empêché l'un de ses gros clients, Aaron Sorkin, de la laisser tomber.
Un article ultérieur paru dans Variety affirme qu'il a fallu l'intervention personnelle de Cruise pour que Dakhil conserve son emploi, et le New York Post a déclaré que Dakhil s'était depuis lancée dans une
«tournée d'écoute juive», rencontrant le rabbin hollywoodien Steve Leder et Jonathan Greenblatt, P-DG. de la Ligue antidiffamation.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours