L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bolloré fait le ménage dans son bouquet Canal+

Décidément le patron du groupe Canal+ est en train de faire le ménage dans le bouquet de Canal+. Toute chaîne qui ne remplit pas les accords commerciaux du groupe est éjecté.
Ainsi après l'épisode de TF1 et faute d'accord avec le groupe Turner, les chaînes Cartoon Network, Boomerang, Boing, Toonami, TCM Cinéma, Warner TV et CNN vont disparaître des offres Canal+ le 8 janvier. C'est une bien mauvaise nouvelle pour les fans de TCM Cinéma ou Warner TV, mais il reste un espoir que les deux groupes reviennent sur cette décision puisque Canal+ indique que les discussions se poursuivent.
Le Groupe Canal+ serait en négociations exclusives pour acquérir les activités de cinéma et de télévision payantes de la société de télécommunications multiplay française Orange. L'accord devrait couvrir Orange Studio et OCS, les unités de cinéma, de télévision et de télévision payantes d'Orange. OCS est le deuxième service de télévision payante en France après Canal+. Toute opération de ce type nécessiterait l'approbation des autorités de régulation compétentes, telles que l'Autorité de la concurrence.
Entre-temps, un nouveau plan de service minimaliste a eu lieu pour les offres Canal+. Paramount+ a été ajouté sur le canal 24 (44 avec la numérotation TNT). Disney+ a été enfin ajouté dans l'offre Canal+ via Bouygues Telecom. Le reste est sans grands intérêts probants, les saisines du Groupe Canal+ et de la société beIN Sports.
La réattribution à Amazon des droits de diffusion de la Ligue 1 de football précédemment détenus par Mediapro a conduit le groupe Canal+ et la société beIN Sports France à saisir l'Autorité de la concurrence. Les plaignantes soutenaient qu'en octroyant à Amazon les droits en question pour les saisons 2021-2022 à 2023-2024 pour un montant de 250 millions d'euros par saison, la Ligue de football professionnel (LFP) avait commis un abus de discrimination, dans la mesure où, parallèlement, elles-mêmes restaient tenues de diffuser les matchs du lot 3, acquis en 2018 pour 332 millions d'euros par saison. En l'espèce, l'Autorité de la concurrence relève que les éléments apportés par les deux plaignants sont insuffisants pour conclure que la LFP aurait abusé de sa position dominante, en les traitant différemment d'Amazon dans la procédure de réattribution des lots de Mediapro, ou en ne privilégiant pas leur offre par rapport à celle d'Amazon. L'Autorité rappelle que, comme elle l'avait déjà indiqué dans sa décision n° 21-D-12 du 11 juin 2021, le Groupe Canal+ et beIN ne sauraient prétendre avoir été discriminées du seul fait qu'elles sont titulaires du lot 3 de l'appel d'offres de 2018, ce lot ayant été cédé régulièrement pour une durée de quatre ans par un contrat dûment formé et exécuté. Pour ces motifs, l'Autorité rejette les saisines au fond pour défaut d'éléments suffisamment probants et, par voie de conséquence, les demandes de mesures conservatoires qui en sont l'accessoire.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours