L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Justice

10 ans de prison pour l’ex-DG de l’Oaic

La gestion du blé subventionné par l’Etat est dans le collimateur de la justice. Elle est examinée minutieusement.

L'ex-directeur de l'Office interprofessionnel des céréales (Oaic), Abderrahmane Hussein, a été condamné à 10 ans de prison ferme. Cette peine a été assortie d'une amende d'un million de dinars. Le verdict est tombé jeudi. Cet ex- responsable, qui avait occupé plusieurs postes à l'Oaic, dont celui de directeur du commerce extérieur, inspecteur général et président de la commission des marchés, a comparu devant le pôle pénal économique et financier de Sidi M'hamed. Il a été condamné pour des faits liés à la corruption. Il était poursuivi pour «blanchiment d'argent, enrichissement illicite et octroi d'indus avantages». Le juge d'instruction du pôle pénal spécialisé dans la lutte contre le crime économique et financier près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger) avait ordonné en mars 2021, son placement en détention provisoire.
Le procureur de la République dudit pôle pénal avait fait état de «l'ouverture d'une enquête sur cette affaire qui remonte à novembre 2020, et ce à travers l'exploitation d'informations, dans le cadre de la coopération internationale». Suite à quoi, il s'est avéré que «le mis en cause avait effectué des transactions bancaires suspectes au Luxembourg, de l'ordre de 1,9 million d'euros», a révélé le procureur. Le suspect effectuait, selon la même source, «de fréquents déplacements entre l'Algérie et la France, à raison d'un voyage tous les deux mois et possédait plusieurs biens immobiliers dont une villa de 513 m², un local commercial de 200m² et un appartement de 180m² à Alger, acquis entre 2004 et 2009». Cet ex-DG détenait plusieurs comptes bancaires renfermant d'importants montants. Après la perquisition du domicile du mis en cause, des sommes d'argent ont été saisies, en dinars et en devise, en sus de sceaux de l'Oaic, des documents et des relevés, avait révélé le procureur qui a ordonné le placement du prévenu en détention provisoire pour «enrichissement illicite, blanchiment d'argent et octroi d'indus avantages». Le dossier remonte à la fin de l'année 2020. Une période où 30 000 tonnes de blé tendre avarié, importées de Lituanie, ont été saisies. Un scandale qui avait amené les autorités du pays à limoger l'ex- directeur général de l'Oaic, Abderrahmane Bouchahda. Moins d'une année plus tard, précisément en juin 2021, la direction du commerce de la wilaya de Annaba avait annoncé avoir refusé l'admission et le déchargement au niveau du port, d'une cargaison de blé dur importé, estimée à 33 492 tonnes, pour non-respect du «critère de qualité», suite aux résultats des analyses effectuées par les services concernés relatives au contrôle de la conformité des produits aux frontières.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours