L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Généralisation du e-paiement

Un véritable casse-tête pour l'Exécutif

Quelque 2 millions d'opérations commerciales via les Terminaux de paiement électronique ont été enregistrées en 2021.

Outil incontournable de la transition économique, le paiement électronique a connu une évolution jugé remarquable par les autorités monétaires du pays. D'une situation de stagnation et de faiblesse d'activité, estimé à 5049 TPE en exploitation en 2016, à 38 771 TPE à fin avril 2022, passant d'un montant global des transactions de paiement de 444 508 902,40 de dinars à 1 725 882 081,55 de dinars. Les chiffres du GIE monétique reflète une explosion de l'adhésion à ce système de paiement qui, au départ n'avait pu convaincre les opérateurs économiques et les commerçants de son utilité et notamment des nombreux avantages qu'il met au service du développement des prestations en ligne. Pour mesurer l'ampleur de cette avancée, qui a été fortement induite par les effets de la pandémie de Covid-19 et des mesures de confinement et de réduction de déplacement, il est impératif de se référer aux résultats d'exercice de l' année 2021, où plus de 2 millions d'opérations commerciales via les TPE (Terminaux de paiement électronique) ont été enregistrées, avec un montant global de près de 15 milliards de DA, soit une hausse estimée à 220%, par rapport à 2020. Il y a lieu de convenir que ce mode de paiement a été adopté initialement par la force d'un concours de circonstances, qui a eu l'effet d'accélérateur sur la généralisation de ce mode de paiement, boudé, au départ, par presque l'ensemble des opérateurs économiques. Mais il n'en demeure pas moins, que ce déclic a renversé cette appréhension pour l'émergence d'une nouvelle dynamique monétaire, qui reflète un changement de mentalité notable auprès des opérateurs et des particuliers, où l'utilisation de la carte bancaire et du terminal de paiement font désormais partie du quotidien des Algériens. Cela étant, il est important de souligner, que cette évolution acte d'un changement profond et prometteur dans la mesure où ses répercussions sur la relance économique s'avèrent incommensurables se profilent à travers une explosion de collaborations et de conventions signées entre les différents organismes financiers et les institutions de l'État chargées de porter à l'aboutissement, la vulgarisation du e- paiement. Il faut dire, que dans ce sillage, le paiement électronique, est en phase de jouer un rôle essentiel dans la concrétisation des réformes engagées, dans la lutte contre la corruption et la bureaucratie, et dans le passage à une économie productive et efficiente. Et ce à travers son utilisation grandissante à tous les niveaux de gestion. Incluant avec force le principe de transparence et de célérité la gestion financière et monétique, cette avancée est en train de se consolider en formant une toile qui se tisse autour des politiques publiques adoptées par l'État pour faire converger toutes les actions de réformes et les stratégies vers les mêmes objectifs et résultats, en l'occurrence, conférer à l'économie nationale, les outils et les moyens les plus modernes pour relever les défis qui s'imposent, et éradiquer tous les obstacles et les niches de discorde qui ont plongé le pays dans la léthargie durant des décennies.
En somme, la valorisation de cette évolution reflète d'une part, la détermination sans faille de l'État à rompre avec les anciennes pratiques, et d'autre part, elle renseigne sur une évolution plus profonde, un changement dans l'ADN des institutions publiques, clairement exprimé à travers l'importance accordée par les pouvoirs publics à cette évolution, et par les dispositions prises pour lui donner un ancrage opérationnel pour la relance économique.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours