L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Station de dessalement d’eau de mer à Béjaïa

Le projet prend forme

Une fois achevée, cette station libérera la wilaya de Béjaïa de la dépendance de la pluviométrie

Les autorités de la wilaya de Béjaïa ont procédé «symboliquement», avant-hier, au lancement des travaux de réalisation d'une station de dessalement d'eau de mer à Tighremt, dans la commune de Toudja, à l'ouest de Béjaïa. Le coup d'envoi a eu lieu en présence des autorités locales et des responsables des entreprises nationales spécialisées dans le domaine, notamment l'Algerian Energie corporation (AEC) (maître de l'ouvrage), la Société algérienne de réalisation des projets industriels (S.arpi) et l'Entreprise nationale de canalisations (Enac), toutes filiales du groupe Sonatrach ainsi que de l'Algérienne des eaux (ADE). Après avoir choisi le terrain en février dernier, ce projet de l'usine de dessalement de l'eau de mer prend forme. «D'une capacité de filtration importante, cette station permettra de soulager la pression subie par le citoyen et d'améliorer le service d'alimentation en eau potable de toutes les communes de la wilaya», rassurait le directeur des Ressources en eau de la wilaya de Béjaïa. Inscrit au titre d'un plan d'urgence décidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au profit de cinq wilayas, le projet, déjà au stade des terrassements et de la préparation des canalisations, va être réalisé dans un délai de 28 mois. Son implantation s'étalera sur une superficie de plus de 10 hectares. L'option pour la région de Toudja concernant la réalisation de cette importante station, trouve sa raison d'être dans la qualité de l'eau de mer qui s'avère beaucoup moins polluée que celle de l'autre site dans la commune de Souk El Tenine. Ce choix est d'autant plus indiqué par le fait que «l'eau manque terriblement dans la région côtière ouest de la wilaya de Béjaïa». De nombreuses communes ne bénéficient pas d'une alimentation régulière en eau potable. Le recours aux puits de forage et à quelques sources naturelles ne suffit guère pour satisfaire une demande de plus en plus grandissante, notamment en période estivale, qui connaît une affluence record d'estivants. La station de dessalement de l'eau de mer, d'une capacité de production de 300.000 m3/jours, est conçue pour alimenter en eau potable les 52 communes de la wilaya et sécuriser ainsi tous ses approvisionnements en eau. À son achèvement, Béjaïa, dont les besoins en eau potable sont estimés à quelque 250.000 m3, va «baigner dans une confortable aisance hydrique et ne comptera plus sur les apports pluviométriques ou ses forages», assure- t-on à la direction des ressources en eau. Présentement, la wilaya dispose de plus de 1000 réservoirs d'une capacité de 221 105 m3. L'ADE de Béjaïa établit le taux de raccordement au réseau d'eau potable à 95%, pour 145 m3 d'eau distribuée par jour et par personne. Dotée d'une station de traitement de 120000 m3/j, la production d'eau potable du barrage Tichy Haf avoisine, actuellement, les 100000 m3/j.
La capacité globale de stockage de cet ouvrage hydraulique est de 81 millions de m3. Il est utile de signaler que pas moins de 24 communes de la wilaya de Béjaïa sont raccordées au réseau de distribution à partir de ce barrage de Tichy Haf, mis en exploitation en 2006. Il s'agit d'un total de 479 villages et de 332000 habitants. L'ADE de Béjaïa prend en charge, pour le moment, la gestion de 33 communes sur les 52 que compte la wilaya.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours