L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’Arabie saoudite soutient l’accès de l’Algérie au Conseil de sécurité

Le consensus se consolide

L’appréciation du rôle de l’Algérie dans les instances arabes et africaines s’est fait exprimer d’une manière limpide.

Le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite, le prince Fayçal Ben Farhan, a soutenu l'accès de l'Algérie au Conseil de sécurité en tant que membre non permanent. C'est lors de l'audience que lui a accordée le président de la République, Adelmadjid Tebboube, que le ministre saoudien des Affaires étrangères, a déclaré que «le Royaume soutient l'aspiration de l'Algérie à un siège au Conseil de sécurité», a-t-il souligné. C'est dans cette démarche d'action internationale commune que le ministre saoudien des Affaires étrangères avait exprimé le soutien de son pays à l'Algérie pour qu'elle puisse assurer son rôle de puissance régionale et de force de paix. Ce soutien clair de l'Arabie saoudite montre, on ne peut mieux, que l'Algérie joue un r^le pivot dans le monde arabe et le continent africain. La diplomatie algérienne reprend en main les dossiers épineux qui ne cessent de prendre de l'ampleur dans le Moyen- Orient et l'Afrique. Ce rôle n'est pas nouveau pour la diplomatie algérienne, elle a assumé dans le passé plusieurs dossiers dont le conflit et le caractère de crise majeure étaient les caractéristiques saillantes. La demande d'adhésion au Conseil de sécurité de l'ONU par l'Algérie vient comme un aboutissement de sa contribution positive dans le règlement des conflits régionaux et internationaux en plaidant pour la solution pacifique et politique des crises et des conflits sans s'immiscer et s'ingérer dans les affaires internes des pays et leur souveraineté. De ce point de vue, l'Algérie et à travers ses positions diplomatiques constantes a de tout temps plaidé pour «plus d'unification de la parole africaine au niveau des instances internationales. L'Afrique doit parler d'une seule voix au Conseil de sécurité, capable d'influencer les décisions de cet organe onusien ou toute autre instance», a rappelé le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra. L'Afrique et le monde arabe n'ont pas une autre issue que de trouver un mécanisme commun et efficace à même d'accélérer le processus de règlement de leurs conflits qui perdurent et qui s'exacerbent davantage. Les travaux de la 38ème session du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA), ont approuvé la candidature de l'Algérie au poste de membre non permanent au Conseil de sécurité. Ce soutien précieux et cette unanimité et consensus autour de l'Algérie a été bien vu et apprécié par les pays arabes qui ont soutenu la démarche.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours