L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Lyazid Benhami, coordinateur de geostratégiques n°58

«La révolution algérienne est un message d'espoir»

Le Coordinateur de Géostratégiques N°58 de l'Académie de Géopolitique de Paris, Lyazid Benhami, nous explique dans cet entretien le but recherché à travers ce travail sur les perspectives de l'Algérie après 60 ans d'indépendance.

L'Expression: La revue de l'Académie de Géopolitique de Paris, Géostratégiques N°58, consacrée à l'Algérie, vient de paraître. La publication coïncide avec la célébration du 60ème anniversaire de l'indépendance. Toute une symbolique, non?
Lyazid Benhami : Il est des moments plus importants que d'autres, tenter modestement de faire un point d'étape des soixante années d'indépendance de l'Algérie a semblé à tous les contributeurs important et très utile. Plusieurs sujets furent abordés dans cette cobntribution. Esquisser un état des lieux sur la géopolitique actuelle algérienne, la jeunesse du pays, la condition de la femme, le système politique et l'état de la société en général, est nécessaire eu égard à l'attente de la transmission des savoirs et de la confrontation des analyses.

On s'interroge également, pourquoi avoir fait le choix d'une Académie... ce n'est certainement pas un hasard?
Nous avons souhaité privilégier le critère scientifique et qualitatif des débats. Un cadre universel, non polémique de par les sujets évoqués que de par le choix du lieu où ils se tiennent, c'est laisser place à la réflexion, à une confrontation d'idées de manière non partisane, et laïque. Nous voulions également offrir un espace de débat, pour croiser les informations, avec le recul nécessaire garanti par la qualité des contributeurs.

Des sommités scientifiques algériennes, françaises et même d‘autres pays ont participé à ce travail. Ce melting-pot scientifique est-il nécessaire?
La révolution algérienne fut un message au monde entier; un message de liberté et de dignité. On ne peut pas enfermer cette révolution dans un carcan franco-algérien. Cette révolution a porté en elle les espoirs de paix et d'émancipation pour tout le peuple algérien, et fut un exemple pour bien d'autres à travers le monde entier. Il était de notre responsabilité d'initier un débat à la hauteur de ces espoirs et de l'exigence de transparence qu'impose l'étape du soixantième anniversaire de l'indépendance. En ayant fait ce choix de la qualité, c'est effectivement s'assurer d'un travail cohérent, ambitieux et sérieux.

Mais il y a aussi un choix éditorial. On comprend bien qu'il y a une volonté de canaliser les idées. La tâche a-t-elle été facile de convaincre ce beau monde d'adhérer à cette idée?
Le panorama est le plus complet possible, et les contributeurs ont répondu présent à notre sollicitation, une démarche éclectique, de diversité et d'ouverture. Je profite de vos colonnes pour les remercier à nouveau. Je remercie également l'Académie de Géopolitique de Paris qui a répondu favorablement et doublement, pour la tenue du colloque du 5 juillet 2022, en partenariat avec Beur FM, à l'occasion du soixantième anniversaire de l'Indépendance de l'Algérie, et puis pour la confection ensemble du numéro 58 de Géostratégiques intitulé «L'Algérie 60ans après son indépendance».

L'aspect politique a eu la part du lion dans ces études, mais intrinsèquement on y décèle une réelle vocation du patrimoine. N'est-ce pas?
La politique est partout, mais nous souhaitions une démarche sans connotation politicienne et non partisane. Effectivement, l'évocation de l'histoire de la nation algérienne à travers le Patrimoine historique et ancien est un gage de sérieux scientifique. Il est temps d'en finir avec les approximations dans tous les domaines. Notre jeunesse attend de la transparence et elle est en demande des savoirs.

Quelle a été la place réservée à la jeunesse, à la femme, dans cette étude qui parle de l'Algérie?
La jeunesse tient une part importante dans la société algérienne. C'est la richesse et l'espoir du pays. Nous devons lui assurer une éducation et un enseignement de qualité. Malgré les grands progrès à son égard depuis l'indépendance, d'autres défis restent à relever collectivement avec les institutions et avec la société civile. Nous devrons gagner la bataille de la qualité de l'enseignement et de l'éducation, de l'emploi et de l'épanouissement de notre jeunesse. La jeunesse et la femme en particulier représentent le moteur de la société algérienne. Il ne saurait être autrement que de cautionner toutes les avancées sociétales et juridiques favorisant et aidant à l'émancipation de la femme algérienne. En plus d'avoir contribué activement dans la révolution algérienne, la femme restera toujours le socle de la stabilité dans notre société. Collectivement, nous lui sommes redevables beaucoup. L'Histoire est là pour en témoigner.

En pleine mutation, l'Algérie a justement besoin de ce genre de débats sereins et dépassionnés.Et si l'on vous appelle à Alger pour organiser le même événement?
Oui, bien entendu, ce genre d'événement est appelé à être dupliqué partout pour porter les idées ambassadrices. Il faut des débats sérieux. Nous devons arriver collectivement à faire société. C'est le défi qui s'impose à nous. Le peuple algérien doit, désormais, reprendre son destin pour entrer de plain- pied dans ce nouveau millénaire qui s'annonce innovant dans tous les domaines.

Peut-on considérer que, finalement, ce travail n'est qu'un appel du pied aux intellectuels pour se manifester, à la société civile de se démarquer pour ne pas laisser le terrain vide aux extrémistes de tous bords?
Sans l'engagement des intellectuels, aucune politique ou projets sérieux ne peuvent s'envisager sereinement. Charge à la société dans sa généralité, société civile et institutions, de permettre que le débat ait lieu sans exclure personne et sans tabou, mais dans le respect et la dignité des personnes. La lumière jaillit souvent des débats et des pensées contradictoires, il faudra renouer avec le bon sens critique de nos aïeux.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours