L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Oran

21 cadres municipaux sous enquête

Une expertise financière pourrait être ordonnée par le parquet aux fins de délimiter le préjudice causé à la trésorerie publique.

Il est l'un des plus grands scandales financiers ayant ébranlé l'APC d'Oran. Le tribunal d'El Othmania, ex- Maraval, s'est autosaisi d'une enquête peu ordinaire, et surpris plus d'un, compte tenu de l'envergure des faits.
L'enquête porte le sceau de chefs d'inculpations liés à la dilapidation des deniers publics, conclusion de transactions douteuses, surfacturation et mauvaise utilisation de la fonction. Après des auditions ayant duré jusqu'à 5h du matin d'hier, le parquet prés le tribunal d'El Othmania a écroué l'ancien directeur de l''hygiène prés l'APC d'Oran et un responsable d'une entreprise sous-traitante, spécialisée dans la collecte des déchets ménagers.
La même instance a mis sous contrôle judiciaire cinq autres responsables d'entreprises sous-traitantes. Ces cinq individus ont, selon les premiers éléments de l'instruction, accaparé, grâce à la complicité des employés de nettoiement et des responsables du service d'hygiène (DHA), d'importantes sommes d'argent allant entre 500000 et 5 millions de dinars, en surfacturant leurs services.
Les mis en cause sont sommés de se présenter chaque mercredi devant le parquet pour faire part du signalement de leur présence sur le territoire national en procédant à l'émargement des registres judiciaires. À la moindre défaillance ou absence, un mandat d'arrêt sera lancé à leur encontre. En attendant l'évolution de cette affaire, les auditions se sont poursuivies dans la journée d'hier. Elles ont concerné essentiellement le directeur de la trésorerie, appelé à faire part de sa version. Dans cette affaire, 21 cadres municipaux de différents grades font l'objet d'une enquête d'envergure qui a été lancée à leur encontre en fin de la journée de lundi, dont le directeur du service d'hygiène. Ce dernier est incarcéré après avoir été jugé dans une autre affaire liée à la corruption. L'instruction a porté sur les entreprises sous-traitantes et dont les noms sont longuement revenus dans cette affaire liée aux transactions portant sur l'acquisition douteuse des pièces de rechange, des bacs à ordures, des masques protecteurs, des détergents et du lait en poudre. Si jusque- là, le préjudice causé à la municipalité n'a pas été arrêté, l'enquête se poursuit à grande échelle pour déterminer, notamment le rôle de chacun des 21 mis en cause, en plus d'une probable expertise financière qui pourrait être ordonnée par le parquet aux fins de délimiter la responsabilité de tout un chacun, en plus de faire le point sur le trou financier causé à l'APC. Il faut dire que cette question liée à la collecte des déchets ménagers a, depuis le temps, posé un sérieux problème, particulièrement dans le volet relatif à sa gestion.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours